Affaire Delphine Jubillar : Une clé USB et des cartes mémoire saisies lors d’une perquisition au domicile du couple

ENQUETE La perquisition des gendarmes a eu lieu mardi, en présence de Cédric Jubillar, désormais suspect du meurtre de sa femme, Delphine. L’infirmière tarnaise a disparu depuis six mois

H.M. avec AFP

— 

La maison dans laquelle habitaient Delphine Jubillar et son mari, à Cagnac-les-Mines (Tarn)
La maison dans laquelle habitaient Delphine Jubillar et son mari, à Cagnac-les-Mines (Tarn) — FRED SCHEIBER / AFP

Mis en examen et incarcéré depuis vendredi dans l'enquête sur le meurtre de sa femme Delphine, Cédric Jubillar a fait un bref retour mardi dans sa maison de Cagnac-les-Mines. Il accompagnait les gendarmes de la section de recherches de Toulouse​ dans une nouvelle perquisition des lieux. L’information dévoilée ce mercredi par Le Parisien a été confirmée à l’AFP par l’avocat du mari Jean-Baptiste Alary. « Je confirme la saisie d’une clé USB et de cartes d’appareil photo », a précisé le conseil de Cédric Jubillar. Ce qui, selon Le Parisien, était exactement ce que recherchaient les enquêteurs qui vont jusqu’à qualifier la perquisition de « fructueuse ».

Delphine Jubillar n’a plus donné signe de vie depuis la nuit du 15 au 16 décembre 2020. Malgré la mise en examen de son mari pour « meurtre sur conjoint » sur la base de ce que le procureur de la République de Toulouse désigne comme « des indices graves et concordants », son corps n’a toujours pas été retrouvé. Et Cédric Jubillar clame son innocence.

Une requête en nullité de la mise en examen

Son avocat confirme ce mercredi qu’il attend « d’obtenir copie du dossier » avant de déposer une requête en nullité de la mise en examen de son client. « A ce stade du dossier, sans corps, sans connaître les origines d’un décès dont on ignore jusqu’à la réalité, retenir une intention d’homicide est ahurissant », avait déjà souligné Jean-Baptiste Alary vendredi.

L’avocat entend aussi faire appel prochainement du placement en détention provisoire de Cédric Jubillar. Ce dernier dort désormais dans une cellule individuelle de la maison d’arrêt de Seysses, près de Toulouse.