Immeubles effondrés à Bordeaux : Le quartier de la Porte de Bourgogne toujours sous haute surveillance

LOGEMENT Treize immeubles, situés près de ceux qui se sont effondrés dimanche soir à Bordeaux, ont été évacués par précaution

Mickaël Bosredon

— 

Dix immeubles ont été évacués par sécurité.
Dix immeubles ont été évacués par sécurité. — E.Provenzano / 20 Minutes
  • La mairie est toujours dans l'attente d'une décision judiciaire pour lancer les expertises après l'effondrement de deux immeubles, qui a fait trois blessés dimanche soir.
  • Quelque 140 personnes ont été évacuées, et ont trouvé pour la plupart à se reloger par leurs propres moyens.
  • « Une vigilance particulièrement importante » est accordée aux immeubles de première proximité dans ce quertier de la Porte de Bourgogne.

La mairie de Bordeaux était toujours en attente du feu vert des autorités judiciaires, ce mardi soir, pour lancer les expertises après l’effondrement de deux immeubles dimanche soir, aux 19 et 21 de la rue de la Rousselle, près de la Porte de Bourgogne. On déplore trois blessés, dont un grave.

La situation, qui devrait se débloquer assez vite, empêche pour le moment de connaître les raisons de ces effondrements. Des travaux sur l’immeuble du 21 rue de la Rousselle, sont toutefois suspectés d’en être à l’origine. « On attend de savoir si les enquêteurs de la police judiciaire vont poser ou pas des scellés, et en fonction de cela on saura si on peut envoyer des experts » a précisé l’adjoint au logement Stéphane Pfeiffer lors d’un point presse ce mardi. Les services de la ville et de la métropole ont par ailleurs pris contact avec le propriétaire de l’immeuble dans la journée, qui a parallèlement mandaté son assurance pour une expertise également.

Vigilance particulière aux immeubles de première proximité

Au total, 13 immeubles situés en proximité immédiate de ceux qui se sont écroulés, ont été évacués, ce qui représente environ 140 personnes. La plupart de ces locataires auraient trouvé à se reloger par leurs propres moyens, hormis six personnes pris en charge dans des hôtels ou résidences de bailleurs sociaux. « Si des gens ont des difficultés, ils doivent s’adresser à la mairie et nous les orienterons » insiste l’adjoint au logement.

Concernant la sécurité, « une vigilance particulièrement importante » est accordée aux immeubles de première proximité, notamment ceux situés aux 17 et 23 de la rue Rousselle. « Par prévention, il y a eu une sécurisation d’autres immeubles, latéraux et en face, en cas de reprise d’un effondrement » précise le maire-adjoint de quartier Amine Smihi. Plusieurs logements du quartier sont par ailleurs toujours privés d’eau ou électricité, ou les deux.

Un audit sur plusieurs centaines d’immeubles

Ces deux effondrements, qui sont loin d’être les premiers dans le centre de Bordeaux, posent aussi la question du parc de logement ancien dans le centre historique. « Une étude est en cours depuis plusieurs mois sur l’insalubrité, dont nous aurons les résultats dans le courant de l’été », assure Stéphane Pfeiffer. « Parallèlement, nous allons lancer très prochainement un audit sur la rue de la Rousselle et la rue Planterose où il y a eu un effondrement il y a dix jours, ajoute l’élu. Et ensuite nous réaliserons un audit sur un périmètre beaucoup plus large, qui va mêler insalubrité et immeubles en péril, sur lesquels on a des soupçons. Cela pourra toucher plusieurs centaines d’immeubles. Pour cet audit il faudra passer par un marché public donc cela se fera dans les prochains mois. »

L’adjoint au logement assure qu’il y a « beaucoup de situations de mal-logement dans le secteur », et annonce que des visites et des contrôles de ces immeubles seront renforcés. « Si des immeubles ne sont pas en état, les propriétaires seront rappelés à leur responsabilité, poursuit-il. On peut les inciter à réaliser des travaux, et on peut même aller jusqu’à l’expropriation si rien ne se passe. » « Nous connaissons les immeubles sur lesquels nous devons avoir une vigilance, ajoute Amine Smihi, et les propriétaires doivent augmenter leur préoccupation sur ce sujet, et nous les y inciterons. »

La municipalité souligne par ailleurs souhaiter accélérer le processus de rachat et rénovation des bâtiments insalubres.