C'est l'heure du BIM : Orages et inondations à Reims, nouveau rebondissement pour Omar Raddad et l'affaire Troadec en procès

ACTUALITES « 20 Minutes » compile pour vous les infos qu’il ne faut pas manquer ce matin dans votre Bulletin d’information matinal (BIM)

L.Gam.

— 

Reims a les pieds dans l'eau pour la 3e fois en... deux semaines !
Reims a les pieds dans l'eau pour la 3e fois en... deux semaines ! — FRANCOIS NASCIMBENI / AFP

Orages : La ville de Reims et une partie de la Somme inondées

C’est la troisième fois en deux semaines que Reims a les pieds dans l’eau. Des orages accompagnés de fortes pluies ont provoqué lundi soir des inondations dans la ville la plus peuplée du département de la Marne, mais aussi dans plusieurs communes de la Somme. A Reims, un « orage stationnaire », localisé au-dessus du centre et à l’est de l’agglomération, s’est abattu vers 19 heures. Les précipitations ont atteint « 50 mm en deux heures », a indiqué la préfecture. A 20 heures 30.900 foyers étaient privés d’électricité mais la situation s’est résorbée dans la soirée, la préfecture n’en comptabilisant plus que 30 peu après 22 heures. Vers 23h30, les autorités décomptaient 70 interventions des pompiers et une vingtaine toujours en cours.

Affaire Omar Raddad : Une nouvelle requête en révision déposée jeudi après des découvertes ADN

La défense d’Omar Raddad, jardinier marocain condamné pour le meurtre de Ghislaine Marchal en 1991 à Mougins, va déposer jeudi une nouvelle requête en révision de son procès sur la base de nouvelles analyses des traces ADN découvertes en 2015, a-t-elle annoncé lundi dans un communiqué. En novembre 2015, quatre empreintes génétiques correspondant à quatre hommes non-identifiés, deux empreintes parfaitement exploitables et deux autres partiellement, avaient été trouvées sur deux portes et un chevron qui se trouvaient sur la scène du crime. Sur ces deux portes avait été écrit « Omar m’a tuer » (sic) et « Omar m’a t », avec le sang de la victime.


C’est un procès hors norme qui débute ce mardi, pour une vingtaine de jours, devant la cour d’assises de Loire-Atlantique. Celui d’Hubert Caouissin, 50 ans, ancien chaudronnier de l’arsenal de Brest, jugé pour avoir tué, en février 2017 à Orvault près de Nantes, Pascal et Brigitte Troadec, ainsi que leurs deux enfants, puis avoir dépecé et dispersé les corps. Sa compagne, Lydie Troadec, 52 ans, sœur de Pascal Troadec, comparaît également pour « recel de cadavre » et « modification des lieux d’un crime ».