Antilles : Un cadre de Groupama renvoyé après des injures racistes

SANCTION « Groupama, ça n'est pas ça », a indiqué la direction de Groupama en Martinique, Guadeloupe et Guyane

20 Minutes avec Agences

— 

Une procédure a été engagée à l'encontre du cadre mise en cause.
Une procédure a été engagée à l'encontre du cadre mise en cause. — Pixabay/Free-Photos

Le groupe d’assurances Groupama va se séparer d’un cadre de son établissement des Antilles-Guyane qui avait proféré des insultes racistes contre un salarié à Fort-de-France, a annoncé samedi Groupama Antilles-Guyane. « Une procédure a été engagée à l’encontre de l’auteur des faits, visant à mettre fin à la relation contractuelle, au sein de Groupama Antilles-Guyane et du groupe Groupama, dans les délais les plus courts permis par la loi », a indiqué la direction de Groupama Antilles-Guyane dans un communiqué.

La décision a été prise à l’issue d’une réunion extraordinaire vendredi d’un conseil d’administration et d’un comité social économique (CES). « Groupama, ça n’est pas ça », ajoute la direction de Groupama en Martinique, Guadeloupe et Guyane. « Cet acte ne reflète ni nos valeurs ni notre identité », écrivent le président Jacques-Charles Christophe et le directeur général Patrick Raynaud. « Groupama Antilles-Guyane, c’est une communauté d’hommes et de femmes, élus et salariés, qui incarnent de vraies valeurs de proximité, de responsabilité, de solidarité, d’engagement et de respect ».

Le cadre s’est excusé

Son départ était l’un des préalables mis par les salariés de l’entreprise, qui ont débrayé jeudi dans les trois départements pour protester contre ces injures racistes, prononcées la veille à Fort-de-France par un cadre originaire de l’Hexagone. Le salarié insulté est un délégué syndical FO, selon Force ouvrière, qui avait reçu le soutien des autres syndicats.

Dans un mail à l’ensemble du personnel, le cadre mis en cause « a tenu à s’excuser et a personnellement condamné son attitude », a précisé le délégué syndical Force ouvrière (FO) de l’entreprise en Martinique, Pascal Alingérie. Ces propos avaient déjà été « fermement condamnés » jeudi par la direction de Groupama Antilles Guyane. La structure mutualiste, décentralisée, emploie 220 personnes sur les trois territoires.