Egalité femmes-hommes : Un collectif demande que la future loi concerne aussi la fonction publique

DISCRIMINATIONS Un collectifs demande que la loi qui s'appliquera prochainement aux entreprises privées s'impose ausi au sein de la fonction publique

20 Minutes avec AFP

— 

De plus en plus d'entreprises respectent l'obligation de publier leur index d'égalité professionnelle femmes/hommes, selon le bilan publié lundi par le ministère du Travail.
De plus en plus d'entreprises respectent l'obligation de publier leur index d'égalité professionnelle femmes/hommes, selon le bilan publié lundi par le ministère du Travail. — bzak / Pixabay

La proposition de loi LREM pour une « égalité économique et professionnelle réelle » entre femmes et hommes devrait imposer les mêmes dispositions au public qu’au privé, estime un collectif dimanche dans les colonnes du JDD.

L’Assemblée nationale a voté mai une proposition de loi LREM promettant, entre autres, des quotas pour davantage de femmes aux postes de direction des grandes entreprises. Examiné en première lecture, ce texte adopté à l’unanimité des 61 votes exprimés doit encore passer au Sénat.

Un collectif baptisé 2GAP (Gender and Governance Action Platform)

« L’index Pénicaud, qui permet d’évaluer les différences de rémunération dans chaque entreprise, ne s’applique pas à la fonction publique. Pourquoi ne pas prévoir dans la PPL d’utiliser ce levier efficace en matière d’égalité salariale en l 'appliquant au sein de tous les ministères et des collectivités territoriales ? », s’interroge ce collectif, baptisé 2GAP (Gender and Governance Action Platform) et composé de 61 réseaux professionnels défendant la mixité dans le monde de l’entreprise ou des administrations.

« Le gouvernement vient par ailleurs de présenter un grand projet de réforme de la fonction publique. En cohérence avec la grande cause du quinquennat, l’ordonnance du 2 juin qui la met en place aurait dû poser le principe de l’égalité femmes-hommes comme levier de la modernisation de l’État, mais est resté muette sur cette question. Nous demandons, dès lors, que la future loi vise à accélérer l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes imposent les mêmes dispositions au public comme au privé », poursuite de la tribune.

Parmi les membres du réseau 2GAP figurent par exemple l’Association française des femmes juristes, l’Alliance pour la mixité en entreprise ou l’association Prenons la Une.