Coronavirus en Occitanie : Variant Delta, cas positifs… Est-on vraiment tiré d’affaire ?

PANDEMIE L’Occitanie connaît une baisse rapide des cas de Covid-19 et les suspicions de variant Delta (ex-indien) s’y comptent « sur les doigts d’une main ». Mais les autorités sanitaires restent prudentes

Hélène Ménal

— 

Un masque chirurgical (Illustration).
Un masque chirurgical (Illustration). — FRED SCHEIBER/SIPA
  • Les treize départements d’Occitanie sont redescendus en dessous du seuil d’alerte pour la circulation du Covid.
  • Les suspicions de variant Delta sont pour l’instant très sporadiques.
  • Mais l’ARS reste prudente et engage à poursuivre l’accélération de la vaccination.

En Occitanie, il faut remonter un an en arrière pour retrouver des voyants épidémiques aussi engageants. Selon l'agence régionale de Santé (ARS), la totalité des départements de la région sont désormais en dessous du seuil d’alerte (fixé à 50 cas pour 100.000 habitants). Le taux positivité des tests a chuté à 1,2 % en moyenne, contre 8 % il y a deux mois, est le taux d’incidence régional est de 32 cas de Covid-19​ pour 100.000 habitants, de 15 cas même chez les plus de 65 ans, plus précocement vaccinés. Il est de 43 en Haute-Garonne, de 39 dans le Gers ou encore de 34 dans l’Hérault pour ne citer que ces départements.

Ces courbes optimistes se traduisent dans les hôpitaux où la tension s’est considérablement relâchée avec désormais une centaine de patients toujours en soins critiques.

De nouveaux créneaux de vaccination

Les nouvelles sont bonnes aussi du côté des variants, et notamment du variant Delta (ex-variant indien). Il n’est impliqué dans aucun cluster pour l’heure et les suspicions « mutations d’intérêt » susceptibles de lui être liées « se comptent sur les doigts d’une main », indique ce mardi Pierre Ricordeau, le directeur général de l’ARS. Mais le responsable sanitaire veut rester prudent. « L’été se présente dans de bonnes conditions mais nous savons aussi qu’un été sans difficulté peut se traduire par un automne difficile et il y a comme élément nouveau la question des variants », prévient-il.

Reste à gagner « la course contre la montre de la vaccination » car l’immunité collective est loin d’être atteinte. Environ 58 % des adultes de la région ont reçu une première injection, 32 % ont « un schéma vaccinal complet ». Par ailleurs, de nouveaux créneaux s’ouvrent puisque 1,3 million de doses du vaccin Pfizer sont annoncées dans les centres de vaccination pour ce mois de juin contre 900.000 en mai. L’ARS ne détecte pas, ou pas encore, un éventuel pallier dans l’engouement vaccinal. Sur la journée du vendredi 11 juin, l’Occitanie a battu son record avec 65.000 injections.