Les 5 infos dans le retro : 30 millions de Français vaccinés, multilatéralisme requinqué au G7 et grosse frayeur à l’Euro de football

ACTU Vous n’avez pas eu le temps de nous lire ce week-end ? Voici notre séance de rattrapage en cinq points

C.P. avec AFP

— 

Photo des leaders du G7 le 11 juin 2021.
Photo des leaders du G7 le 11 juin 2021. — Patrick Semansky/AP/SIPA

Vous avez profité de votre week-end ensoleillé et (presque) déconfiné pour vous déconnecter ? C’est le moment de vous plonger dans notre résumé de l’actu immanquable de cette fin de semaine.

1. Le G7 à l'unisson pour vacciner plus et protéger le climat

Le président américain Joe Biden lors d'une conférence à la fin du G7 dimanche 13 juin 2021.
Le président américain Joe Biden lors d'une conférence à la fin du G7 dimanche 13 juin 2021. - Patrick Semansky/AP/SIPA

Les dirigeants des grandes puissances du G7 ont affirmé ce dimanche leur volonté de mettre fin à la pandémie de Covid-19 par la distribution de vaccins et d’agir pour le climat, lors d’un sommet marqué par une nouvelle dynamique en faveur du multilatéralisme occidental, Etats-Unis en tête.

Ce sommet de trois jours en Cornouailles (sud-ouest de l’Angleterre), le premier en presque deux ans, marquait le retour des contacts directs après des mois de visioconférences pour le Royaume-Uni, les Etats-Unis, la France, l’Allemagne, l’Italie, le Japon et le Canada.

Sous l’impulsion de Washington, les dirigeants se sont efforcés de montrer un front uni sur les grands dossiers qui agitent la planète, à commencer par le climat et la pandémie, mais aussi la Russie et la Chine. Face aux appels à la solidarité qui se sont multipliés ces derniers mois, ils ont convenu de redistribuer un milliard de doses de vaccins anti-Covid d'ici la fin 2022 pour combler le retard d’immunisation dans les pays pauvres et favoriser une reprise plus égalitaire.

2. Trente millions de Français ont reçu au moins une dose de vaccin anti-covid

Jean Castex, Premier ministre.
Jean Castex, Premier ministre. - ELIOT BLONDET-POOL/SIPA

La barre des 30 millions de Français ayant reçu au moins une dose de vaccin contre le Covid-19 a été franchie, a annoncé ce samedi le Premier ministre Jean Castex, qui a appelé à « gagner la bataille contre le virus ».

« Objectif atteint ! Merci à tous ceux qui se mobilisent pour la vaccination », a publié le chef du gouvernement sur Twitter, alors que le chiffre de 30 millions de primo-injectés était initialement attendu pour mardi prochain.

Les Français peuvent profiter ce weekend, pour la première fois depuis fin octobre, de la réouverture des restaurants en intérieur, des salles de sport ou des piscines.

En parallèle, l’épidémie continue de régresser, avec 2.163 patients en soins critiques vendredi, au plus bas depuis le 19 octobre. Et le nombre de nouvelles contaminations quotidiennes est repassé sous les 5.000 au cours de la semaine écoulée

L’info en plus : Alors que la vaccination doit s’ouvrir au moins de 18 ans ce mardi en France, le correspondant de 20 Minutes aux Etats-Unis, Philippe Berry  fait le point sur la situation dans ce pays où plus d’un million d’adolescents américains ont déjà été vaccinés.

3. Des marches pour la liberté, et contre l'extrême droite en France

Jean-Luc Mélenchon enfariné mais globalement une ambiance bon enfant : militants politiques et syndicaux, activistes écolos et associatifs ont défilé ce samedi dans de nombreuses villes pour dénoncer «les attaques contre les libertés» qui se multiplient selon eux à la faveur de la montée de l’extrême droite et de lois « liberticides ».

Selon les autorités, plus de 37.000 personnes ont manifesté au cours de 119 défilés, dont 9.000 personnes dans la capitale. Les organisateurs ont eux comptabilisé 150.000 participants dans le pays, dont 70.000 à Paris.

Au démarrage de la manif parisienne, Jean-Luc Mélenchon a reçu de la farine sur le visage. En dénonçant un acte « lâche » qui « aurait pu être pire », le leader de La France insoumise a fait état d'« une grande tension » et d'« un seuil qui a été franchi » quelques jours après que le chef de l’Etat eut reçu une gifle lors d’un déplacement dans la Drôme.

La « Marche des libertés » est une sorte de grand rattrapage pour les milieux militants de tous secteurs après un an et demi de crise sanitaire qui a compliqué l’organisation de manifestations. Le sujet des libertés s’est imposé de lui-même aux dires des initiateurs de l’appel, le député Insoumis Eric Coquerel et le porte-parole de Générations Thomas Portes.

4. Participation au plus bas aux législatives en Algérie

Le dépouillement commence dans un bureau de vote à Bouchaoui, à la périphérie ouest de la capitale Alger, le 12 juin 2021.
Le dépouillement commence dans un bureau de vote à Bouchaoui, à la périphérie ouest de la capitale Alger, le 12 juin 2021. - RYAD KRAMDI / AFP

Les Algériens ont voté ce samedi pour choisir leurs députés lors d’élections législatives anticipées, un scrutin rejeté par le mouvement contestataire du Hirak et une partie de l’opposition, et marqué à nouveau par une très forte abstention. Il s’agit des premières législatives depuis le soulèvement populaire inédit et pacifique, né le 22 février 2019 du rejet d’un 5e mandat du président Abdelaziz Bouteflika, poussé près de deux mois plus tard à la démission après 20 ans de règne.

Enjeu principal, le taux de participation national n’a atteint que 30,20 %, le score le plus faible depuis au moins 20 ans pour des législatives, selon le président de l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE), Mohamed Chorfi.

Les résultats définitifs ne devraient pas être connus avant plusieurs jours, mais dès ce dimanche le principal parti de la mouvance islamiste en lice pour les élections législatives en Algérie, le Mouvement de la Société pour la Paix (MSP), a affirmé être arrivé en tête au lendemain de ce scrutin, mettant en garde « contre les nombreuses tentatives de modifier les résultats du scrutin ».

L’info en plus : « Au lieu de profondes réformes, le pouvoir politique se contente de proposer des élections » Le sociologue algérien Nacer Djabi, professeur à l’université d’Alger tout juste retraité, analyse pour 20 Minutes cette abstention record.

5. Grosse frayeur à l'Euro de football après le malaise du danois Christian Eriksen

Les joueurs danois et les secouristes raccompagnent Christian Eriksen, victime d'un malaise en plein match samedi.
Les joueurs danois et les secouristes raccompagnent Christian Eriksen, victime d'un malaise en plein match samedi. - WOLFGANG RATTAY / AFP / POOL

Après l’effroi qui a secoué le Danemark et toute l’Europe, le soulagement : Christian Eriksen, victime d’un arrêt cardiaque ce samedi en plein match de l’Euro, se porte « aussi bien que possible », a indiqué ce dimanche l’équipe danoise.

L’effondrement soudain d’Eriksen sur la pelouse du stade Parken de Copenhague lors de Danemark-Finlande, la stupeur du public, dont sa femme, et de ses équipiers, puis la réaction impeccable des services médicaux qui ont pratiqué un massage cardiaque puis évacué le milieu danois… Autant d’images fortes qui resteront de cet Euro de football au format inédit, organisé dans 11 villes de 11 pays.

Eriksen (29 ans) a rapidement repris connaissance samedi soir et pu rassurer, depuis l’hôpital, ses partenaires éplorés. Lors d’une conférence de presse ce dimanche, les responsables de l’équipe danoise ont indiqué que le milieu de terrain de l’Inter Milan, dans un état stable. Le médecin de la sélection danoise Morten Boesen a précisé qu’il n’y avait « pour l’instant pas d’explication », alors que le médecin de son club a de son côté indiqué dans la presse italienne qu’il « n’y avait jamais eu le moindre épisode qui aurait laissé entrevoir un problème, ni de près ni de loin ».

L’info en plus : Le réalisateur de Danemark-Finlande en a-t-il trop montré après le malaise d’Eriksen ?  Lire le décryptage de notre journaliste sportif Aymeric Le Gall.