Canicule : Télétravail, bières fraîches, horaires adaptés… Vous nous racontez vos techniques pour supporter la chaleur

TEMOIGNAGES « 20 Minutes » à demandé à ses lecteurs et lectrices leurs meilleures stratagèmes pour supporter la hausse des températures

J.-L.D.

— 

La vague de chaleur de ce début de mois de juin va se poursuivre la semaine prochaine
La vague de chaleur de ce début de mois de juin va se poursuivre la semaine prochaine — Martin BUREAU / AFP
  • Cette semaine et la semaine suivante, il fait et fera très très chaud en France.
  • Alors que la vie reprend son cours lors des déconfinements, les Français s’adaptent à ces températures excessives.
  • Vous nous avez confié vos meilleures stratégies pour moins subir cette chaleur intense.

Ce début de mois de juin est chaud, très chaud, et cela est parti pour durer. La semaine prochaine, il fera jusqu’à 33 °C à Paris, 31 à Marseille, 34 à Montpellier et Lyon. Des températures caniculaires qui vont mettre les Français, et leur transpiration, à rude épreuve. Mais amis de la sueur, des thés glacés et des auréoles, vous nous avez confié vos meilleurs stratagèmes pour survivre le mieux possible à ces jours intenses.

A commencer par être bien équipé. On pense évidemment au déodorant (et pitié, pensez-y aussi), mais aussi à des outils plus pointus. « J’ai investi dans un climatiseur il y a deux ans et depuis tous les étés il fonctionne donc mon appartement est frais. Évidemment je n’ouvre pas les volets non plus. Pour le boulot, vêtements large et ventilateur », confie Stéphanie, 35 ans. Et si vous la trouvez bien équipée, attendez de voir Laura, 28 ans : « Ma maison possède une piscine, et grâce au coronavirus, je peux télétravailler. Ma boss ne me flique pas, je vais donc faire deux-trois baignades rapides quand il fait trop chaud. » Et oui, nous ne sommes pas tous égaux face à la canicule.

A l’abri chez soi

Si tout le monde ne possède pas la piscine de Laura, le télétravail et le fait de rester chez soi sont des actions plébiscitées. « Mes journées seront simples. Ce sera déposé les enfants le matin à l’école, ensuite aller prendre mon café habituel, rentrer à la maison, mettre la clim et faire du télétravail », planifie déjà Rahal, 30 ans. Même sans climatiseur, c’est aussi le plan de Dimitri, 29 ans : « Je ferme les volets, je vis dans le noir et j’ai chaud en silence. Mais ça m’évite de suer et de puer devant les collègues du boulot. Et puis, je ne suis pas encore totalement vacciné, donc ça me force à respecter les distanciations sociales », et de Marine, 23 ans, « Je vais rester dans ma chambre avec le ventilateur, les volets un peu fermés et la fenêtre ouverte car je ne supporte pas la chaleur. M’hydrater comme je peux et on verra. »

Pour d’autres au contraire, c’est le présentiel qui s’impose dans ces conditions particulières : « Ok, cela signifie une heure dans les transports en commun à mourir de chaud. Mais ensuite, c’est huit heures de clim dans le bureau, et tout ça sans la payer ! Autant profiter du retour au présentiel, il tombe à pic », s’enthousiasme Romain, 31 ans.

Adapter ses horaires

L’adaptation peut aussi prendre la forme de changements horaires. Par exemple, Romain a prévu de modifier l’heure de ses footings. « Je me lève très tôt le matin quand il ne fait pas encore trop chaud et je vais courir là, histoire de ne pas crever. Le soir, avec mes amis, on va plus se rejoindre au bar à 21 heures qu’à 18 heures, afin d’éviter la grosse chaleur. »

Il y a également ceux pour qui cette chaleur était au contraire attendue. Comme Stéphane, 36 ans : « J’attends les beaux jours depuis plusieurs semaines, ça sera tondeuse, barbecue, et bricolage à l’ombre aux heures les plus chaudes avec une petite bière », auquel on rappellera quand même que la bière n’est pas le top pour s’hydrater sous forte chaleur et qu’il vaut mieux préférer la bonne vieille bouteille d’eau.

Profiter de la chaleur

Loin de nos sages conseils, Julien, 23 ans, s’est lui aussi fait tout un programme alcoolisé : « Il fait chaud ? Mais les terrasses sont ouvertes, la fac est finie et c’est l’Euro, alors ce sera bières fraîches en terrasse devant les matchs avec les copains » (on le rappelle, on n’est pas tous égaux face à la chaleur).

Mais comme lui, de nombreux étudiants en vacances sont bien heureux de ce temps. « Vous avez eu la météo toute grise de mai ? Il fait enfin beau et chaud, on va en profiter. Les gens ne sont jamais contents… », rouspète Aline, 26 ans. « Oui il va faire chaud, mais on part en congés à la plage ! Alors je préfère trois degrés de trop que trois degrés de moins », se ravit-elle. La chaleur, vraiment pas le même problème pour tout le monde.