Lyon : Un bail réel solidaire lancé pour permettre aux ménages les moins aisés d’acheter en ville

LOGEMENT Ces logements, vendus moitié moins cher que le prix du marché, seront livrés en 2023 à Villeurbanne

C.G. avec AFP

— 

Illustration de la ville de Villeurbanne.
Illustration de la ville de Villeurbanne. — C. Girardon / 20 Minutes

Après Lille, Rennes ou Paris, la Métropole de  Lyon a présenté jeudi ses premiers logements commercialisés en bail réel solidaire (BRS), moitié moins cher que le marché pour permettre à la classe moyenne d’accéder à la propriété.

Ce programme de huit logements, parmi 17 construits par le promoteur Nexity, doit être livré au deuxième trimestre 2023 sur la commune de Villeurbanne, limitrophe de Lyon. Ils ont été commercialisés au prix de 2.775 euros le mètre carré, contre 5.000 à 6.000 euros sur le marché. Les acquéreurs seront propriétaires du bâti mais locataires du foncier auprès de l’OFS, qui en a acquis la charge auprès de Nexity. La redevance payée par les ménages sera de 1,5 euro par mètre carré et par mois.

Le dispositif du BRS, porté par Foncière solidaire du Grand Lyon, « permet à des habitants de devenir propriétaires alors qu’ils ne le pourraient pas au prix du marché », a souligné le président EELV de la Métropole, Bruno Bernard, au milieu d’un verger où le programme de maisons et de petits immeubles d’un étage doit être construit, dans une rue pavillonnaire.

Ouverts aux ménages dont les revenus n’excèdent pas 59.000 euros

Le dispositif est ouvert aux foyers dont les ressources n’excèdent pas les plafonds du prêt social location-accession (PSLA), soit environ 59.000 euros (revenu fiscal de référence 2019) pour un couple avec deux enfants sur Lyon et Villeurbanne.

La plus-value à la revente étant encadrée dans le cadre du dispositif, cela permet aussi de maîtriser les prix dans une agglomération où ils ont flambé ces dernières années, comme dans d’autres, a ajouté Bruno Bernard.

Le marché de l’immobilier est « très inquiétant pour l’équilibre social de la ville », « nous avons vraiment la volonté de le cranter », abonde Agnès Thouvenot, première adjointe chargée de l’habitat et de l’urbanisme au sein de la mairie PS de Villeurbanne.

Le BRS « est un instrument de lutte contre la spéculation immobilière », confirme Véronique Bédague, directrice générale du groupe Nexity pour qui l’opération est « une première ».