Vaccination : Gare à ce « signal d’alerte » trompeur sur la vaccination en Ehpad

FAKE OFF Une note du Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale (COSV) est relayée sur les réseaux sociaux en laissant penser à l’inefficacité des vaccins

Alexis Orsini

— 

Une vaccination en Ehpad (illustration).
Une vaccination en Ehpad (illustration). — Bony/SIPA
  • « "SIGNAL D'ALERTE SUR LA PROTECTION CONFÉRÉE par la vaccination" chez la personne très âgée en EHPAD. Des clusters sont survenus dans une trentaine d’établissements sur environ 7000 en France », s'alarme, sur Twitter, l'ancienne chercheuse de l'Inserm Alexandra Henrion-Caude.
  • Elle cite ce faisant une note du Conseil d'orientation de la stratégie vaccinale (COSV) du 7 mai, relatant des cas de clusters dans certains Ehpad, malgré la vaccination.
  • Quitte à laisser penser, à tort, que les vaccins seraient inefficaces chez les personnes âgées – alors que leur efficacité contre les contaminations n'est pas de 100%, mais très importante en matière de protection contre les formes graves du Covid-19.

La vaccination anti-Covid-19 en Ehpad a-t-elle vraiment un sens ? C'est, en substance, la question soulevée par Alexandra Henrion-Caude, une ancienne chercheuse de l'Inserm, dans un tweet du 6 juin 2021.

« "SIGNAL D'ALERTE SUR LA PROTECTION CONFÉRÉE par la vaccination" chez la personne très âgée en EHPAD. Des clusters sont survenus dans une trentaine d’établissements sur environ 7000 en France », y affirmait-elle, en partageant un extrait d'une note du 7 mai 2021 rédigée par le Conseil d'orientation de la stratégie vaccinale (COSV). 

Ce document portant sur « l'efficacité vaccinale et la couverture vaccinale des personnes âgées », évoque bien, dans les paragraphes mis en avant par Alexandra Henrion-Caude, des cas de contamination au Covid-19 en Ehpad.

« La couverture vaccinale en Ehpad est très élevée, [...] néanmoins, depuis plusieurs semaines, on observe des clusters Covid-19 dans des Ehpad où la population a été vaccinée. [...] Une étude réalisée à Montpellier montre que la vaccination des personnes en Ehpad permet de réduire la sévérité des cas de Covid-19 mais n'empêche pas l'infection et la survenue de clusters. Une étude danoise en vie réelle a de plus démontré une efficacité vaccinale de 64% seulement en Ehpad », peut-on y lire.

Le document cite enfin une autre étude, réalisée sur 27 clusters entre mars et avril 2021, montrant que « l’efficacité du vaccin Pfizer chez les résidents d’Ehpad serait de 35% pour la prévention de l’infection, 59% pour la prévention des formes graves, et 75% pour la prévention des décès. »

FAKE OFF

Si cette note est authentique, au même titre que les études citées, Alexandra Henrion-Caude se garde bien de citer les paragraphes suivant ce passage, qui expliquent pourquoi les personnes âgées sont plus à risque d'être contaminées malgré la vaccination.

« Ce signal d’alerte n’appelle pas une intervention immédiate mais pose la question d’administrer une troisième dose de vaccin aux personnes âgées résidant en EHPAD, qui sont "immuno-sénescentes" [...] La quantité d’anticorps neutralisants produits après vaccination diminue avec l’âge. Il n’est pas garanti que l’administration d’une troisième dose confère une immunité protectrice équivalente à celle obtenue chez les sujets immuno-compétents », détaillent-ils ainsi.

Une réduction de risque à 87% des formes graves chez les personnes âgées 

En outre, si la vaccination protège des formes graves de la maladie et des décès, elle ne garantit pas une protection totale contre les contaminations, comme le rappelait Santé Publique France début mai à l'AFP Factuel : « Dans la mesure où les vaccins ne sont pas efficaces à 100 %, il est attendu qu'il y ait des cas chez les personnes vaccinées. »

Les premières données tirées de la campagne de vaccination française chez les personnes âgées, rendues publiques fin mai, font en revanche état de la grande efficacité des vaccins contre les formes graves du Covid-19 au sein de cette population spécifique, avec « une réduction de risque estimée à 87% [...] parmi les premières personnes vaccinées, âgées de 75 ans et plus. »

Joint par 20 Minutes, le COSV souligne que les taux de 59% de prévention contre les formes graves et de 75% pour la prévention des décès mentionnés dans sa note du 7 mai « ne sont pas des données en population générale ». « De nombreuses données en vie réelle en population générale sont publiées et ont de meilleurs résultats (100% prévention des décès et jusqu’à 90% prévention de l’infection », ajoute le COSV.