Brevet 2021 : Règles sanitaires, oral, consignes de notation… Comment l’examen va-t-il se dérouler cette année ?

COLLEGE Les candidats vont devoir plancher sur cinq épreuves dans des conditions un peu particulières en raison de la crise sanitaire

Delphine Bancaud

— 

Un candidat passe son examen.
Un candidat passe son examen. — Pixabay
  • Le brevet 2021 aura lieu le lundi 28 et le mardi 29 juin.
  • Une session particulière en raison de la situation sanitaire et de la période d’enseignement en demi-jauge que les collégiens ont vécue.
  • 20 Minutes vous donne toutes les informations indispensables sur cette session 2021.

Dans deux semaines, les collégiens de 3e passeront leur premier examen. Une session forcément bouleversée en raison de l’année scolaire particulière qu’ils ont vécue. Ils ont connu une période de demi-jauge plus ou moins longue selon les établissements, ont parfois été malades, ont vu leur classe fermer en raison de cas de Covid-19. 20 Minutes vous explique ce qui attend les candidats.

Quel est le planning de l’examen ?

Le brevet aura lieu les 28 et 29 juin, et cinq épreuves attendent les candidats. Grosse journée le lundi 28 juin : les candidats commenceront par l’épreuve de français, qui démarrera à 9h pour finir à 12h15. Ils continueront par les maths, de 14h30 à 16h30. Au programme mardi : l’histoire-géo-EMC (enseignement moral et civique) de 9h à 11h, puis les sciences, de 13h30 à 14h30.

Pour l’épreuve de science, les deux thèmes choisis cette année sont physique-chimie et sciences de la vie et de la terre pour la série générale, physique-chimie et technologie pour la série technologique, et physique-chimie et biologie-écologie pour les candidats de l’enseignement agricole. Les candidats devront aussi passer un oral entre le 15 avril et le 29 juin. Pour les candidats libres, cet oral est remplacé par une épreuve écrite de langue vivante étrangère le mardi 29 juin, de 15h à 16h30.

Des adaptations ont-elles été prévues en raison de la crise sanitaire ?

« Cette année a été compliquée pour les collégiens. Ils ont été en demi-jauge plus ou moins longtemps, certains ont été malades ou ont eu des profs absents. Du coup, tous les élèves n’ont pas été au bout des programmes. Ce qui peut les mettre en situation délicate devant un sujet sur lequel ils auront fait une impasse », anticipe Anne-Sophie Legrand, secrétaire nationale responsable du secteur collèges au Snes-FSU.

Pour éviter cet écueil, le syndicat avait demandé au ministère de l’Education que les candidats puissent avoir le choix entre plusieurs sujets en maths, histoire-géo, sciences physiques et SVT : « Cela nous a été refusé. On peut cependant espérer que les sujets porteront sur des thématiques abordées en début d’année, lorsque les collégiens étaient à 100 % en présentiel », estime Anne-Sophie Legrand. Le ministère justifie sa décision : « Il n’y aura pas plus de sujets, en raison de la nature et de la durée des épreuves : certaines épreuves comportent un choix d’exercices ou des exercices très diversifiés (par exemple en mathématiques). Rallonger le nombre de pages sur des durées d’épreuves de 2 heures au plus pourrait mettre les candidats plus en difficulté que les aider réellement ».

Quelles mesures sanitaires sont prévues pour les épreuves ?

Ce seront les mêmes que pour le bac. Les candidats identifiés comme cas contacts ou positifs au Covid-19 ne sont pas autorisés à se rendre aux examens. « Comme il s’agit d’un cas de force majeure, ils seront convoqués à la session de remplacement, les 13 et 14 septembre », indique l’entourage de Jean-Michel Blanquer à 20 Minutes. En revanche, les élèves dont la classe a été fermée peu avant le début des épreuves « pourront se présenter à un examen s’ils n’ont pas été formellement identifiés comme contacts à risque », précise le ministère.

Le port du masque chirurgical ou grand public ayant une capacité de filtration de 90 % est obligatoire pour tous, à l’extérieur des locaux et dans les salles d’examen. Il devra être porté tout au long des épreuves, écrites comme orales. Pour les candidats qui ne seraient pas équipés, il leur en sera proposé sur place. Dans les salles d’examen, les tables seront placées à un mètre de distance les unes des autres. Les locaux seront nettoyés au désinfectant virucide avant l’arrivée et après le départ des candidats. Les surfaces fréquemment touchées, comme les poignées de portes, seront nettoyées tout au long de la journée.

En quoi consiste l’oral du brevet ?

Mis en place en 2017, il porte sur un projet mené en histoire des arts ou dans le cadre d’un EPI (enseignements pratiques interdisciplinaires). « Chaque jury est constitué d’au moins deux professeurs. C’est le chef d’établissement qui établit la composition des jurys, en prenant en compte les dominantes des sujets présentés », explique le ministère.

L’oral se déroule en deux temps : un exposé suivi d’un entretien avec le jury. Les candidats peuvent choisir de présenter l’épreuve individuellement ou en groupe (avec trois candidats maximum). Dans tous les cas, chaque candidat fait l’objet d’une évaluation et d’une notation individuelles. S’il veut passer l’oral en solo, il doit faire un exposé d’environ cinq minutes et passe un entretien d’une dizaine de minutes avec le jury. Si l’épreuve est collective, sont prévues dix minutes d’exposé, pendant lesquelles chacun des candidats intervient, et quinze minutes de questions-réponses avec le jury. Les candidats peuvent apporter un petit plus à leur exposé : un film, un enregistrement, une réalisation numérique. « Mais cette réalisation concrète ne peut intervenir qu’en appui d’un exposé qui permet d’évaluer essentiellement les compétences orales et la capacité de synthèse », précise le ministère. Anne-Sophie Legrand prévoit déjà une forte inégalité des candidats vis-à-vis de cette épreuve : « Certains ont été bien préparés, d’autres beaucoup moins en raison des absences de profs et de la demi-jauge ».

Les candidats seront-ils notés avec davantage de bienveillance étant donné les circonstances ?

Le brevet est calculé sur 800 points. Les 400 premiers correspondent à la note de contrôle continu. Les épreuves de l’examen représentent les 400 autres (100 points pour le français, 100 pour les maths, 50 pour l’histoire-géographie, 50 pour les sciences et 100 pour l'épreuve orale). Si le candidat cumule plus de 480 points, il obtient la mention assez bien. Si c’est plus de 560 points, la mention bien, et s’il dépasse les 640 points, la mention très bien.

En 2020, les candidats avaient été évalués en contrôle continu, les épreuves ayant été annulées en raison des risques sanitaires. Selon le ministère de l’Education, en 2019, le taux de réussite au brevet atteignait 87,8 % pour la série générale et 73,2 % pour la série professionnelle. Sera-t-il comparable cette année ? « Nous avons demandé aux jurys de faire preuve de bienveillance, étant donné les circonstances », explique le ministère. Une consigne qui interroge Anne-Sophie Legrand : « Cela sera difficile de donner des points à un élève dont les réponses sont fausses », commente-t-elle.

Quand les résultats seront-ils publiés ?

Entre le 6 et le 10 juillet 2021, selon les académies. Mais que les collégiens se rassurent : ils pourront se revoir, car une cérémonie républicaine de remise des diplômes du brevet sera organisée à chaque rentrée pour les lauréats dans leur collège.