Metz : Une marche blanche en soutien à la victime d'une tentative de féminicide de jeudi

MANIFESTATION Plus de 400 personnes se sont réunies dans le quartier de Borny

20 Minutes avec AFP

— 

Un collage féministe ici à Rennes. (archives)
Un collage féministe ici à Rennes. (archives) — DAMIEN MEYER / AFP

Près de 400 personnes, selon la police, ont défilé samedi dans les rues de Metz en signe de soutien à une femme grièvement blessée jeudi par son conjoint qui a tenté ensuite de se suicider. La marche blanche a parcouru en silence le quartier populaire de Borny où s’est déroulé le drame, derrière des banderoles proclamant « Soutien à Sevgi [le prénom de la victime] », « Stop aux féminicides et aux violences faites aux femmes » ou encore « Plus jamais ça ».

« C’est un choc traumatique », a déclaré le maire LR de Metz, François Grosdidier, présent dans le cortège. « Il faut que la justice soit plus réactive quand il s’agit de protéger », a-t-il ajouté. « Chacun est dans son couloir, la police, la justice, la mairie, les bailleurs sociaux… Les informations ne circulent pas assez quand il s’agit de protéger », a insisté François Grosdidier, alors que ce drame s’inscrit dans une série de féminicides survenus récemment dans le Grand-Est, relançant le débat sur le suivi des auteurs de violences conjugales.

Le suspect, âgé 48 ans, a tenté de tuer jeudi après-midi sa compagne en pleine rue, la blessant grièvement, avant de se tirer une balle dans la tête au terme d’un « déchaînement de violence », selon le parquet. Il est désormais en état de mort cérébrale. Il avait été condamné en 2014 à deux mois de prison avec sursis pour « violences par conjoint ». Et en août dernier, sa victime avait déposé plainte pour injures, une plainte classée sans suite par le parquet. Récemment encore, les 19 et 28 mai, elle s’était de nouveau présentée à la police pour signaler qu’il l’avait injuriée, lui avait craché dessus et l’avait suivie en voiture, selon le parquet.