Grand oral du bac : Voix, posture, gestion du stress… Les conseils d’un expert pour réussir l’épreuve

EDUCATION Les candidats vont inaugurer cette nouvelle épreuve. Et grâce aux conseils de Stéphane de Freitas, le réalisateur du film « A voix haute », ils seront prêts !

Delphine Bancaud
— 
Grand oral du bac : Les conseils d’un pro pour réussir l’épreuve — 20 Minutes
  • Le grand oral, épreuve inédite du bac, aura lieu du 21 juin au 2 juillet.
  • Les élèves pourront garder sous les yeux le brouillon préparé pour leur exposé et s’appuyer sur un support visuel (par exemple un schéma ou dessin) lors de l’échange avec le jury.
  • En attendant, 20 Minutes donne aux candidats quelques petites astuces pour assurer le jour J avec l’aide de Stéphane de Freitas.

Il ne leur reste plus beaucoup de temps pour préparer le grand oral du bac, qui se déroulera entre le 21 juin et le 2 juillet. C’est la première fois que les candidats passeront cette épreuve phare​, qui prévoit 20 minutes de préparation et 20 minutes devant le jury. La première partie consistera en un exposé de 5 minutes sur une question que le candidat aura préparée pendant l’année dans l’une de ses spécialités. Il pourra disposer des notes qu’il aura prises lors de sa préparation de 20 minutes. La deuxième partie de l’épreuve consiste en un entretien de 10 minutes avec le jury, lors duquel le candidat pourra s’appuyer sur un support visuel (par exemple un schéma ou dessin), afin d’approfondir son sujet et de répondre aux questions du jury. Et lors des cinq dernières minutes, il discutera de son projet d’orientation.

Pour aider les candidats à se préparer, 20 Minutes dispense quelques conseils avec l’aide de Stéphane de Freitas, le concepteur d’Eloquentia, le grand concours d’éloquence pour les jeunes, qui a aussi réalisé le filmA voix haute et qui est l'auteur du Guide du Grand Oral*.

Comment oraliser son discours ?

Si vous voulez capter l’attention de votre auditoire, il va falloir adapter votre style et passer d’un texte complètement rédigé à un discours oral. Pour ce faire, « il faut d’abord rédiger son discours au mot près, puis résumer chaque paragraphe en une phrase. Puis vous allez synthétiser chaque phrase en un mot, et ensuite apprendre par cœur la série de mots », recommande Stéphane de Freitas. Cela vous permettra de retrouver facilement vos idées au moment de la préparation et aussi de vous exprimer plus naturellement le jour de l’oral.

« Il ne faut surtout pas avoir l’air de réciter. Utilisez vos propres mots pour retranscrire vos idées, cela apportera du dynamisme à votre récit », souligne le réalisateur. Evitez les phrases longues et l’abus de mots de liaison. Mais n’hésitez pas à utiliser des expressions, des citations ou des figures de style. « Ça permet de colorer le discours. A condition de veiller à ce qu’elles n’apparaissent pas comme de simples artifices et qu’elles soient au service de l’argumentation », souligne-t-il.

Pour éviter les tics du langage, vous pouvez faire un exercice simple : « Filmez votre prestation. Et repérez les mots que vous répétez, comme les donc, en fait, voilà, vous voyez… Entrainez-vous ensuite à les éliminer et refilmez-vous pour vérifier qu’ils ont bien disparu de votre discours », indique Stéphane de Freitas.

Quelle posture adopter ?

« Debout, positionnez vos mains entre le buste et le nombril. Soit en les enveloppant l’une dans l’autre, soit en les croisant. Ancrer vos pieds au sol et ne bougez pas trop pour ne pas faire "l’essuie-glace" », conseille l’expert de l’éloquence. Votre regard est aussi très important. « Regardez chaque membre du jury mais sans fixer plus de 15 secondes chacun, car vous devez donner l’impression d’accorder autant d’importance à tous vos interlocuteurs », ajoute-t-il. Si vous voulez bouger les mains, ne vous en privez pas, mais faites-le spontanément, sans trop le calculer. Quant au sourire, « il peut permettre d’établir une connexion positive avec le jury, à condition de ne pas sonner faux », commente le spécialiste de l’éloquence.

Comment placer sa voix ?

Première difficulté : parler avec un masque. « Cela a tendance à étouffer les sons. Donc n’hésitez pas à pousser un peu votre voix », recommande Stéphane de Freitas. Il va ensuite falloir adapter le volume à la configuration de la pièce. « Si le jury est à un ou deux mètres de vous, inutile de parler trop fort pour ne pas le déranger ». S’il est plus loin, il va falloir projeter votre voix. « Pour cela, imaginez que la pièce est traversée par une montagne et que vos interlocuteurs sont de l’autre côté et qu’ils doivent vous entendre », indique-t-il. « Pour maintenir l’attention de vos interlocuteurs, vous pouvez accélérer ou ralentir votre débit à certains moments. Mais aussi appuyer sur certains mots en adoptant un ton plus fort », poursuit-il.

Comment gérer son stress le jour J ?

Tout d’abord, vous disposez d’un temps de préparation qui va vous permettre de retranscrire les mots-clés de votre discours, sachant que vous avez le droit de garder vos notes une fois devant le jury. « Il est conseillé de ne pas écrire des phrases complètes, car vous aurez alors la tentation de les lire. Les mots-clés doivent faire office de pense-bête pour vous aider à vous lancer », souligne Stéphane de Freitas.

Si vous sentez que la pression monte, « inspirez et expirez lentement et profondément, en comptant jusqu’à 5 plusieurs fois, avant de vous présenter devant le jury », conseille-t-il. Une fois devant les examinateurs, veillez à bien articuler et à créer des temps de pause dans votre discours. « Chaque virgule doit être marquée par une pause d’une seconde, chaque point par un arrêt de deux secondes. Cela va faire respirer votre texte et calmer vos émotions », insiste-t-il.

Si vous êtes pris de panique pendant votre prestation, deux solutions : « Vous pouvez boire une gorgée d’eau pour vous donner quelques secondes de battement pour reprendre vos esprits. Mais si vous avez un trou noir, dites au jury que vous avez besoin de quelques minutes pour vous reprendre, il sera certainement compréhensif », poursuit-il. Et relativisez l’épreuve. Le grand oral compte pour 10 % dans la note finale du bac général, et 14 % dans celle du bac technologique.

*Guide du Grand Oral, Stéphane de Freitas, Le Robert, 14,90 euros.