Panne des numéros d’urgence : Les pompiers veulent réformer le système d’alerte avec le 112 comme numéro unique

SECOURS La profession appelle à prendre en compte les nouveaux usages et outils informatiques

Marie De Fournas
— 
Après la panne de l'opérateur Orange qui a affecté les numéros d'appel d'urgence, les pompiers veulent réforme le système d'alerte français.
Après la panne de l'opérateur Orange qui a affecté les numéros d'appel d'urgence, les pompiers veulent réforme le système d'alerte français. — LIONEL URMAN/SIPA

Les acteurs de la sécurité veulent que cet incident serve de leçon. La Fédération nationale des sapeurs pompiers de France (FNSPF) s’est exprimée moins de 24 heures après la panne d'Orange qui a gravement perturbé les numéros d’urgence mercredi soir. Elle prône un numéro unique dédié aux appels d’urgence, le 112. « Au final, notre résilience passe par une rénovation majeure de notre système d’alerte et de communication que demandent les sapeurs-pompiers de France depuis longtemps, exprimée par le président de la République en 2017, et qui pourrait enfin voir le jour si le Parlement comprend qu’il faut dorénavant éviter de mettre l’urgent comme le non-urgent dans le même tuyau », souligne la FNSPF dans un communiqué. « Oui au 112 pour l’urgence ».

Besoin de modernisation

Cette panne « montre une nouvelle fois le besoin de modernisation sur le plan infrastructurel comme organisationnel, en prenant en compte les nouveaux usages et outils informatiques : applications pour smartphones, réseaux sociaux, mais aussi objets connectés et mails doivent être pris en compte pour communiquer l’alerte », ajoute-t-elle. « Avec plus de 18 millions d’appels reçus par les sapeurs-pompiers en France chaque année, et une intervention toutes les 6,5 secondes, cette panne a éprouvé le système d’alerte français », poursuit la FNSPF.

Ce matin, le ministre de l’Intérieur s’est exprimé sur cet incident en sortant d’une réunion de crise à ce sujet. Il a notamment affirmé qu’une personne ayant une « maladie cardiovasculaire » « serait décédée » dans le Morbihan, faute d’avoir « pu joindre les services de secours à temps ». « Deux autres accidents cardiovasculaires ont eu lieu à la Réunion, mais je ne peux pas dire si le temps (avant l’arrivée des secours, ndlr) a été particulièrement long et s’il est imputable à ce numéro d’urgence », a ajouté le ministre. « Ce qui est sûr, c’est que les personnes ont témoigné qu’elles ont essayé d’appeler plusieurs fois et qu’elles n’ont pas réussi tout de suite à avoir des opérateurs », a-t-il insisté.

Le 112, sur le modèle du « 911 » américain

La panne chez l’opérateur Orange, qui a gravement perturbé les numéros d’urgence mercredi soir, intervient une semaine après l’adoption par l’Assemblée nationale en première lecture d’une proposition de loi qui vise notamment à instaurer un numéro unique dédié aux appels d’urgence, le 112, sur le modèle du « 911 » américain. Trois modalités seront testées : un rapprochement de « l’ensemble des services » (numéro 15, 17 et 18), un rassemblement sans « police-secours » (15 et 18), ou un simple « regroupement » du Samu et des médecins de garde en lien avec les autres services d’urgence (15 et permanence des soins).

Ce texte consensuel, qui entend consolider le modèle de sécurité civile français reposant largement sur les sapeurs pompiers volontaires (soit 80 % des 250.000 pompiers), est désormais attendu au Sénat. La panne d’un équipement chargé d’acheminer les appels a entravé massivement l’accès aux numéros d’urgence (15/17/18/112) et aux lignes fixes mercredi après-midi jusqu’à minuit, rendant de nombreux services de secours difficiles à joindre par le public à travers la France.