Panne des numéros d’urgence : Une enquête ouverte après le décès d'un homme dans le Morbihan

PANNE Une panne géante concernant le réseau Orange a bloqué les numéros d’urgence mercredi soir. Un homme de 63 ans est décédé à Vannes

C.A. avec AFP
— 
Illustration d'un médecin du Samu, ici à Rennes.
Illustration d'un médecin du Samu, ici à Rennes. — C. Allain / 20 Minutes
  • Un homme de 63 ans est décédé mercredi soir aux urgences du centre hospitalier de Vannes, après avoir cherché à joindre les secours. 
  • C'est sa compagne qui l'a emmené aux urgences, faute de pouvoir joindre les numéros d'urgence.
  • Une panne sur le réseau Orange a très fortement perturbé les numéros d'appel des pompiers, du Samu, de la police et de la gendarmerie.

La panne des numéros d'urgence survenue mercredi soir a eu des conséquences lourdes. Un homme de 63 ans souffrant d'une maladie cardiovasculaire est décédé dans le Morbihan, faute d’avoir « pu joindre les services de secours à temps », a fait savoir Gérald Darmanin. Ce drame est survenu alors qu’une panne géante survenue chez l’opérateur Orange a paralysé les numéros d’urgence. Ce jeudi midi, le parquet de Vannes a annoncé l'ouverture d'une enquête «en recherche des causes de la mort», a indiqué François Touron, procureur de la République de Vannes.

La préfecture du Morbihan a confirmé le décès d’un patient de 63 ans au service des urgences de l’hôpital de Vannes. «D’après les premiers éléments communiqués par la famille, cette personne avait été conduite par un proche au centre hospitalier, au vu des difficultés techniques rencontrées pour appeler les services de secours», ajoute la préfecture, qui précise qu'une enquête administrative a été ouverte. 

Originaire du pays d'Auray, l'homme n'a pas pu être réanimé aux urgences de l'hôpital de Vannes. Le secrétaire général de la préfecture Guillaume Quenet évoque un «dysfonctionnement inédit et majeur». Selon le directeur du Centre hospitalier Bretagne Atlantique, «les éléments ne permettent pas de conclure de manière tranchée» à la question du lien entre le décès et la panne des numéros de secours. «On peut considérer que tout a été fait dès l'arrivée du patient aux urgences pour tenter de réanimer le patient», précise Philippe Couturier. 

Deux autres accidents recensés

« Deux autres accidents cardiovasculaires » ont eu lieu à la Réunion, a ajouté le ministre. « Mais je ne peux pas dire si le temps [avant l’arrivée des secours] a été particulièrement long et s’il est imputable à ce numéro d’urgence. Ce qui est sûr, c’est que les personnes ont témoigné qu’elles ont essayé d’appeler plusieurs fois et qu’elles n’ont pas réussi tout de suite à avoir des opérateurs », a-t-il insisté.

Pas d’interruption « mais une grande dégradation »

Entre 18 heures et minuit ce mercredi, une panne d’un équipement chargé d’acheminer les appels a entravé massivement l’accès aux numéros d’urgence (15/17/18/112) et aux lignes fixes. De nombreux services de secours comme le Samu, les pompiers ou la police étaient difficiles à joindre à travers la France. Le ministre a précisé qu’il n’y avait pas eu d’interruption, mais une grande dégradation.