Gens de confiance, le site fermé de petites annonces, franchit la barre du million de membres

INTERNET Ce concurrent de Leboncoin réclame trois parrainages avant de pouvoir s'inscrire. Ce qui n'empêche pas sa folle progression

Frédéric Brenon
— 
Une partie de l'équipe de Gens de confiance. Au centre, Enguerrand Léger et Nicolas Davoust, cofondateurs.
Une partie de l'équipe de Gens de confiance. Au centre, Enguerrand Léger et Nicolas Davoust, cofondateurs. — F.Brenon/20Minutes
  • Fondé il y a sept ans par trois Nantais, Gens de confiance propose des petites annonces gratuites réservées uniquement à ses membres.
  • Pour y accéder, il faut d'abord avoir été recommandé par trois parrains.
  • Le site est particulièrement recherché pour les services à la personnes, la location immobilière et les locations de vacances.

Un million de membres ! C’est la barre symbolique que vient de franchir le site Internet de petites annonces Gens de confiance, près de sept ans après son lancement. Une sacrée performance dans la mesure où le réseau à la particularité de ne pas être accessible à tout le monde. L’inscription est gratuite mais il faut obligatoirement être recommandé par trois parrains. Les échanges se font ensuite avec les noms et éléments de profils visibles de tous. Une formule de cooptation et une transparence atypiques qui, justement, expliquent le succès du site.

« On est un peu un ovni dans le paysage français, reconnaît Nicolas Davoust, l’un des trois cofondateurs de la start-up basée à Nantes. Les gens nous rejoignent pour l’efficacité, c’est-à-dire vendre vite, et pour la sécurité, c’est-à-dire que les rencontres se passent bien, sans mauvaise surprise. Notre développement se fait essentiellement par bouche-à-oreille et il s’accélère. On enregistre aujourd’hui entre 2.500 et 3.000 inscrits par jour. »

« On espère pouvoir challenger Leboncoin »

Cette croissance ne risque-t-elle pas de nuire au sentiment d’entre-soi cher à la « communauté GDC », plutôt issue de milieux favorisés ? « C’est vrai qu’au départ on était considéré comme un club un peu confidentiel, analyse Nicolas Davoust. On change de catégorie mais nous avons la conviction que la qualité-confiance ne sera pas mise en danger en grossissant. Nos membres commencent à comprendre que Gens de confiance n’a pas vocation à rester petit. »

Au contraire, l’entreprise, qui emploie pour l’heure 46 personnes, vise beaucoup plus loin que le million d’inscrits. « On pense qu’on peut arriver à 20 millions de comptes assez facilement d’ici 5 à 10 ans. On espère pouvoir devenir un réseau aussi important que Leboncoin et, pourquoi pas, le challenger. »

Une annonce de location saisonnière sur le site Gens de confiance.
Une annonce de location saisonnière sur le site Gens de confiance. - F.Brenon/20Minutes

Si les véhicules, accessoires ou objets de maison à vendre ne manquent pas, ce sont les locations immobilières, les locations de vacances et les services à la personne qui sont les plus recherchés sur Gens de confiance. « Ce sont trois domaines où il y a un grand besoin de confiance, justifie le codirigeant. C’est logique, on a besoin d’être rassuré avant de confier ses enfants à quelqu’un qu’on ne connaît pas. Même chose quand on loue une maison de vacances familiale. »

Des exclusions chaque année

L’entreprise est « particulièrement vigilante » à l’expérience utilisateur qui fait sa réputation. En cas de mauvais comportements (défaut de paiement, erreur sur le produit, accueil inapproprié…), l’usager fautif et ses parrains s’exposent ainsi à une échelle de sanctions pouvant aller jusqu’à l’exclusion. Quelque 150 personnes ont ainsi été renvoyées l’an dernier. « On doit être un des seuls sites à faire ça. On engage toujours une médiation avant d’en arriver là », précise Nicolas Davoust.

S’il ne dévoile pas son chiffre d’affaires, Gens de confiance tire ses revenus des dons, des options payantes et des publications de locations saisonnières qui nécessitent le paiement d’un forfait. Des services payants pour les professionnels sont aussi en cours de développement. La croissance prévisionnelle du site Internet le pousse à envisager 15 recrutements en 2021 et « probablement autant » l’année suivante.