Coronavirus : Le variant Delta détecté dans une famille landaise

EPIDEMIE Les autorités recherchent encore l’origine de cette contamination car cette famille n’a pas voyagé récemment en Inde ou en Grande-Bretagne

C.C. avec AFP

— 

Un dépistage du coronavirus avec la méthode PCR (illustration).
Un dépistage du coronavirus avec la méthode PCR (illustration). — F.Greuez/Sipa

Le variant Delta, identifié pour la première fois en Inde en avril 2021, a été repéré dans une famille de l’agglomération de Dax sans que celle-ci n’ait été en lien avec l’Inde ou la Grande-Bretagne, a annoncé mercredi l’agence régionale de santé de Nouvelle-Aquitaine.

Ce variant, encore peu présent sur le territoire, a été confirmé le 24 mai dans cette famille alors que celle-ci « ne s’était pas rendue en Grande-Bretagne ou en Inde, ni n’avait été en contact avec des personnes revenant de ces pays », a assuré Didier Couteaud, délégué départemental de l’ARS dans les Landes. « On ne connaît pas encore le vecteur de transmission », a-t-il ajouté.

L’origine de la contamination encore recherchée

Le 5 mai, un jeune de cette famille, étudiant à Mont-de-Marsan, avait été déclaré positif au Covid-19, sa classe fermée et ses proches isolés. La présence de ce variant Delta n’est pas systématiquement recherchée et son criblage ne peut être effectué que dans un centre national de référence, à Lyon ou Toulouse, ce qui explique pour l’ARS « ce décalage » dans le temps. Dans le cas de cette famille, il a fallu attendre la semaine de contamination des autres membres. Et comme des « différences » sont apparues entre les résultats des autres membres de la famille et le test de l’étudiant, des analyses approfondies ont été menées à Lyon, confirmant la piste d’un variant Delta, quelques semaines après le « cas zéro ».

« Si on n’est pas en mesure de retrouver la source de cette contamination, c’est qu’il y avait une circulation du variant qui n’avait pas été détectée », a ajouté Didier Couteaud, au moment où les autorités se disent préoccupées par la hausse de la prévalence du Covid dans le Sud-Ouest. « Ce n’est pas parce qu’il y a 43 % de primo-vaccinés (ayant reçu une première dose de vaccin) dans le département qu’il faut baisser la garde et relâcher les gestes barrières et le port du masque », a mis en garde Didier Couteaud.

Ce département affiche un taux d’incidence de 87,9 cas pour 100.000 habitants, soit « une tendance plutôt à la hausse » et « un niveau de contamination qui ne redescend plus depuis quinze jours », a-t-il souligné. « Pour faire face à cette flambée et éviter la circulation des variants », les autorités vont renforcer les opérations de dépistage et séquençages, au sud de Dax, pour détecter d’autres foyers de variant Delta.