Paris : Victime de propos racistes après avoir loué un appartement pour une demande en mariage

PLAINTE Un jeune homme avait loué un appartement dans le 16e arrondissement de Paris pour faire sa demande en mariage. A son arrivée dans l’immeuble, il a reçu des propos racistes de la part du concierge et du propriétaire et l’accès lui a été refusé

R. M.
— 
Le jeune homme voulait surprendre sa compagne dans un cadre idyllique pour une demande en mariage
Le jeune homme voulait surprendre sa compagne dans un cadre idyllique pour une demande en mariage — PIXABAY

Une demande en mariage qui a viré au cauchemar. Lundi, Benjamin, un jeune habitant de Brunoy dans l'Essonne, décide de surprendre sa compagne pour lui faire une demande en mariage. Il loue un appartement dans le 16e arrondissement de Paris mais arrivé sur place, on lui refuse l’accès et il est victime d’insultes racistes, rapporte BFM TV.

Au moment de réceptionner les clés de l’appartement, le concierge le toise, l’insulte et lui refuse d’entrer. « Le monsieur me dit : "Je ne peux pas vous laisser rentrer." Je n’ai pas compris, je lui dis : "Mais monsieur, c’est quoi le problème ? J’ai réservé." Il me dit : "Vous allez mettre la musique, et de toute façon on vous connaît vous allez ramener toute l’Afrique, vous allez faire la fête" », raconte le jeune homme au micro de BFM.

Une situation qui empire

Après ces propos choquants, Benjamin décide de contacter le propriétaire du logement qui, à son tour, tient des propos racistes d’une plus grande violence en le traitant notamment de « sale Nègre », « qu’il va m’attraper et m’écraser comme George Floyd », poursuit-il.

Quelques minutes plus tard, le futur marié et sa compagne décident de rappeler le propriétaire, ils enregistrent la conversation, diffusée par le média AJ +. Le propriétaire continue d’attaquer le jeune, avec des propos de plus en plus violents et racistes. « Non seulement vous avez pris quatre cents ans d’esclavage dans le cul, mais en plus ça ne vous a pas servi de leçon, vous êtes d’une bêtise exceptionnelle. »

« Vous êtes allés au commissariat pour déposer plainte et vous ne connaissez même pas mon nom pour déposer plainte », peut-on l’entendre dire. « Est-ce que vous pensez vraiment que les noirs ont accès à la justice ? On vous tue, on vous viole, on vous tabasse, on vous insulte, est-ce qu’une fois un policier s’est fait condamner ? » Face à ce déferlement de violence verbale, Benjamin a contacté plusieurs associations dont la Ligue de défense noire africaine (LDNA), qui va l’accompagner dans les démarches pour un dépôt de plainte.

Même si tout ne s’est pas passé comme prévu, Benjamin a quand même réussi à demander en mariage sa compagne dans un autre appartement.