C’est l’heure du BIM : Macron en campagne dans le Lot, référendum calédonien et réforme de la haute fonction publique

ACTUALITES « 20 Minutes » compile pour vous les infos qu’il ne faut pas manquer ce matin dans votre Bulletin d’information matinal (BIM)

X.M.

— 

Emmanuel Macron à l'Elysée le 1er juin 2021.
Emmanuel Macron à l'Elysée le 1er juin 2021. — Jacques Witt/SIPA

Vous avez manqué les infos de ce début de matinée ? On vous a concocté un récap pour vous aider à y voir plus clair.

Avec son « tour de France », Emmanuel Macron est-il déjà en campagne ?

Un pas vers 2022 ? Emmanuel Macron se rend ce mercredi dans le Lot pour un déplacement de deux jours à la rencontre des acteurs du tourisme et des habitants de deux villages, Saint-Cirq-Lapopie et Martel. C’est le premier déplacement d’une série de dix, échelonnés dans tout le pays jusqu’à la mi-juillet, à raison d’environ deux par semaine. « Je veux reprendre mon bâton de pèlerin et aller dans les territoires pour prendre le pouls du pays, aller au contact », avait-il prévenu fin avril dans la presse régionale. A moins d’un an de l’élection présidentielle, le chef de l’Etat, lancé dans un tour de France effréné, semble bien entré en campagne

Accord sur une date pour le référendum sur la Nouvelle-Calédonie

Jusqu’au dernier moment, le consensus n’était pas acquis. En discussion à Paris depuis une semaine, les élus calédoniens ont abouti mardi, selon plusieurs sources, à un accord sur la date du troisième et dernier référendum d'autodétermination. La question était pourtant extrêmement sensible. Les délégués se sont également accordés sur le calendrier d’après référendum, qu’il soit remporté par les indépendantistes ou les loyalistes. Selon Le Monde, l’ultime consultation sur l’indépendance en Nouvelle-Calédonie pourrait avoir lieu le 12 décembre 2021. Le ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu doit faire part officiellement du résultat de ces négociations au gouvernement mercredi au Conseil des ministres.

La réforme de la haute fonction publique ce mercredi en Conseil des ministres

La réforme de la haute fonction publique arrive ce mercredi sur la table du Conseil des ministres. Au menu des discussions : la suppression de l’ENA et de certains « grands corps » de l’Etat au profit d’une haute administration décloisonnée basée sur les compétences. Mais la nouvelle ordonnance ne fait pas l’unanimité. Outre la « colère » d’anciens élèves de l’école d’administration, des diplomates, inspecteurs et magistrats sont sortis de leur réserve pour mettre en garde contre un « danger pour nos institutions » et « pour la démocratie ».