Paris : Sciences Po renforce son dispositif dédié aux lycéens défavorisés

EDUCATION Le prestigieux établissement public parisien va doubler le nombre de lycées partenaires de son programme visant à recruter des jeunes issus de territoires défavorisés

20 Minutes avec AFP
— 
L’entrée de Sciences-Po Paris.
L’entrée de Sciences-Po Paris. — VINCENT WARTNER / 20 Minutes

Sciences Po continue de renforcer ses mesures dans le cadre de sa politique d’égalité des chances. Le prestigieux établissement public parisien a annoncé lundi qu’il allait renforcer son dispositif de Conventions éducation prioritaire (CEP) avec des lycées, visant à recruter des jeunes issus de territoires défavorisés. Pour ce faire, l’université va doubler le nombre d’établissements partenaires et de places réservées aux candidats de ce programme. 

Sciences Po a accueilli près de 2.300 étudiants issus de ce dispositif depuis que l’établissement l’a créé il y a 20 ans. L’université l’avait mis en place afin de diversifier le profil de ses étudiants, en réservant des places à des jeunes de milieu populaire. Ce programme permet aujourd’hui à des lycéens de suivre des ateliers de préparation avant d’être candidats à Sciences Po.

Plus de 200 lycées partenaires d’ici 2023

L’institut d’études politiques (IEP) de Paris souhaite à présent renforcer l’impact « social et territorial » du programme. « Nous allons passer d’un taux d’accueil des étudiants CEP de 10 % de la cohorte à 15 % », a indiqué l’administratrice provisoire de Sciences Po, Bénédicte Durand. L’établissement public va également doubler le nombre de lycées partenaires, qui passeront de 106 à plus de 200 d’ici 2023. « L’enjeu est de compter des lycées conventionnés non seulement dans les zones de l’éducation prioritaire, mais aussi dans les territoires ruraux et les petites villes ou encore dans les territoires d’Outre-mer, jusqu’à présent peu représentés dans le programme alors qu’ils sont pourtant tout aussi concernés par la problématique de l’autocensure et de l’inégalité d’accès aux formations sélectives », souligne l’institut.

Pour sélectionner les lycées, l’IEP tiendra compte du niveau social des élèves ainsi que de la capacité de l’établissement à intégrer au moins 50 % de boursiers au programme de préparation. Celui-ci a par ailleurs été révisé. « Nous avons décidé de modifier les contenus des ateliers qui conduiront vers Sciences Po en les axant davantage sur les compétences transversales utiles à la réussite dans l’enseignement supérieur », a précisé Bénédicte Durand. Les élèves découvriront des outils méthodologiques pour apprendre à s’organiser dans son travail ou problématiser un sujet.

L’établissement, qui souhaite attirer des élèves aux profils divers, a par ailleurs supprimé son sélectif concours d’entrée en première année pour le remplacer par des épreuves plus personnalisées. La nouvelle procédure d’admission a lieu cette année via Parcoursup.