Paris : « Blouse blanche, colère noire »... Des centaines de soignants manifestent pour l'accès aux soins et à la santé

SOS Ce mouvement de contestation se produit simultanément dans une dizaine de pays

20 Minutes avec AFP

— 

A l'appel des Collectif Inter-Hôpitaux, Inter-Blocs et Inter-Urgences et de SUD-Santé Sociale et Solidaires, des centaines de soignants ont manifesté à Paris, le 28 mai 2021.
A l'appel des Collectif Inter-Hôpitaux, Inter-Blocs et Inter-Urgences et de SUD-Santé Sociale et Solidaires, des centaines de soignants ont manifesté à Paris, le 28 mai 2021. — Louise MERESSE/SIPA

« SOS international pour la santé, défendons l’égalité d’accès à des soins de qualité. » Plusieurs centaines de soignants et de salariés des hôpitaux manifestent, ce samedi à Paris, dans le cadre d’un mouvement de contestation qui s’est produit simultanément dans une dizaine de pays. Les participants, qui brandissaient des slogans tels que « Hôpital public en urgence vitale », « blouse blanche, colère noire », ou encore « patients sacrifiés, soignants écœurés », se sont rassemblés devant l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, où le cortège s’est mis en marche pour rejoindre l’Hôtel de ville.

Avec la pandémie de coronavirus, « nous sommes tous épuisés, mais ce qui est terrible c’est que, malgré le Covid-19, les hôpitaux manquent toujours terriblement de moyens », a souligné le Dr Sophie Crozier, l’une des porte-parole du collectif organisateur. Les récentes revalorisations salariales accordées par le gouvernement, « c’est bien, mais c’est un pansement sur une plaie béante depuis longtemps », a ajouté cette médecin. « De nombreux soignants démissionnent, les lits ferment faute de personnel, et nous ne sommes plus en mesure de prendre en charge correctement les patients », a-t-elle analysé.

Plus de 60 collectifs, associations et syndicats de dix pays différents

Des manifestations similaires étaient prévues samedi dans d’autres villes françaises – notamment Marseille, Rennes et Saint-Denis de la Réunion –, mais également à l’étranger, à Bruxelles, Milan, ou encore Barcelone. Au total, plus de 60 collectifs, associations et syndicats de dix pays différents ont été appelés à manifester pour défendre les « services de santé et un accès égalitaire à des soins de qualité pour toutes et tous ».

« Partout sont à l’œuvre des politiques publiques d’austérité budgétaire », avait dénoncé avant la journée d’action Chérine Benzouid du Collectif-Inter-hôpitaux. « Sans surprise, les mêmes causes ont produit les mêmes effets dans nos différents pays : une dégradation de l’accès, de la qualité et de la sécurité des soins, une perte de sens des métiers », a-t-elle ajouté.

En France, l’appel est porté par les Collectif Inter-Hôpitaux, Inter-Blocs et Inter-Urgences ainsi que par SUD-Santé Sociale et Solidaires. Les organisateurs réclament notamment des investissements « dans les moyens matériels et humains », que « les décisions politiques préservent les systèmes de Sécurité sociale et garantissent des financements publics solides, pérennes et adaptés aux besoins ». Ils nécessitent également « la refondation de l’organisation de tout le système de santé et de la gouvernance hospitalière » et « l’annulation au niveau européen de la dette des institutions de soins ».