Lyon : Une cellule « anti-rodéo » sera lancée dans quelques jours

SECURITE L’annonce a été faite jeudi lors du conseil municipal, au lendemain d’un nouvel épisode de débordements dans le centre-ville de Lyon

C.G.
— 
Un rodéo urbain à moto. Illustration.
Un rodéo urbain à moto. Illustration. — Hadj / Sipa

« Les délinquants viennent directement sous vos fenêtres vous défier et pourtant aucune réaction de votre part. » Le coup de gueule de Pierre Oliver, maire du deuxième arrondissement de Lyon à l’encontre de  Grégory Doucet, a visiblement porté ses fruits.

L’élu qui dénonce la multiplication des rodéos au cœur de la presqu’île, n’a pas manqué d’égratigner une nouvelle fois le maire de Lyon lors du conseil municipal de jeudi, faisant ainsi référence à la soirée de la veille. Sur une vidéo qu’il a postée sur les réseaux sociaux, on voit notamment une horde de motards effectuant des dérapages et wheeling rue de la République à proximité de l’hôtel de ville.

« Il n’y a pas d’impunité pour ce genre de pratique », répond le maire

Face aux critiques, l’élu en charge de la sécurité a annoncé que la cellule « anti-rodéo », annoncée au mois de septembre, serait lancée « d’ici le mois de juin ». Elle réunira la police municipale, la police nationale, les services de l’autorité judiciaire mais aussi des bailleurs et des associations afin qu’ils puissent apporter leur connaissance du terrain. Il s’agira notamment d’agir en amont en saisissant les motos.

« La police et la justice font leur travail, s’appuyant notamment la vidéoprotection. Il n’y a pas d’impunité pour ce genre de pratique », a pour sa part répondu Grégory Doucet soulignant les difficultés d’appréhender les auteurs sur le moment. « Il n’y a généralement pas d’interventions en direct pour des questions de sécurité. Pour ne pas générer d’accidents, on filme, on mène l’enquête, on les arrête, et quand c’est nécessaire on les emprisonne », s’est-il justifié.