La députée LFI de l'Ariège, Bénédicte Taurine, « choquée » après avoir été bousculée par un policier lors d'une manifestation

REACTION Bénédicte Taurine, députée LFI de l'Ariège, a été violemment jetée au sol par un policier lors d'une manifestation avec la Confédération Paysanne, ce jeudi à Paris

20 Minutes avec AFP
— 
Bénédicte Taurine à l'Assemblée nationale. Illustration.
Bénédicte Taurine à l'Assemblée nationale. Illustration. — SIPA

Au lendemain de la manifestation, elle assure « être encore toute courbaturée ». La députée Bénédicte Taurine (LFI) participait ce jeudi à Paris, devant le bâtiment de la direction générale de Pôle Emploi, à une manifestation de la Confédération Paysanne, quand elle a été violemment poussée au sol par un policier, après une charge pour disperser les manifestants.

L’élue ariégeoise se dit « choquée qu’un représentant du peuple, ceint de son écharpe tricolore puisse ainsi être bousculé ». La bousculade devant Pôle Emploi au cours de laquelle le policier attrape la députée LFI, de dos, et la jette au sol a été filméée par les caméras de BFMTV et partagée de nombreuses fois sur les réseaux sociaux.

Pas de sommation avant la charge policière

« Je suis arrivée sur le lieu de la manifestation vers 12h45 et je discutais avec des agriculteurs que je ne connaissais pas de leur quotidien, de la PAC, quand sans sommation, j’ai été chargée par des policiers et je me suis retrouvée à terre, raconte à 20 Minutes Bénédicte Taurine. C’est surprenant qu’on puisse jeter comme cela à terre quelqu’un qui porte une écharpe tricolore. La manifestation était calme et la riposte disproportionnée. Je suis en colère qu’un symbole de la République soit mis au sol de cette façon ».


La députée ariégeoise réfléchit encore à porter plainte et attend un rendez-vous médical lundi. La France insoumise a, quant à elle, réclamé « une condamnation claire » de la part du gouvernement et « des poursuites » contre le policier mis en cause. Ce vendredi soir, le parquet de Paris annonce avoir ouvert une enquête, confiée à l'IGPN.