Coronavirus : Jean-Michel Blanquer annonce la fin des demi-jauges dans les collèges « à partir de la semaine prochaine »

EDUCATION Pas de changement en revanche pour les lycéens 

Manon Aublanc

— 

Le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer.
Le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer. — JC Tardivon

Face à l’amélioration de la situation sanitaire, les élèves de quatrième et troisième​ encore en demi-jauges, dans une quinzaine de départements, pourront progressivement revenir en classe entière « à partir de la semaine prochaine », a annoncé le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, ce vendredi sur Europe 1.

« Du fait de l’amélioration de la situation sanitaire, à partir de la semaine prochaine, progressivement, les 4e et 3 de ces départements pourront revenir en présence en classe entière », a-t-il dit.

Le nombre de classes fermées reste stable

« A partir de lundi, mais ça peut être progressif, il faut laisser le temps aux principaux de collèges, aux professeurs et à toutes les équipes », a-t-il ajouté. « C’est une décision que nous avons pu prendre hier (jeudi) soir, je sais que c’était ce que tout le monde demandait, il fallait évidemment que les conditions sanitaires s’améliorent dans les départements concernés ».

Le système de demi-jauge, qui suscite l’inquiétude de certains syndicats et de parents qui pointent un risque de décrochage, est maintenu en revanche pour les lycées mais « les choses peuvent bouger d’ici aux vacances d’été », a-t-il précisé. Selon le bilan hebdomadaire du ministère de l’Education publié vendredi, 11.725 élèves et 886 personnels étaient contaminés, un chiffre en baisse sur une semaine (12.922 élèves et 1.322 personnels contaminés au 21 mai). Le nombre de classes fermées reste, lui, stable (5.110), selon ce bilan.

Montée en puissance des autotests

« Cela montre que la situation est en train de s’améliorer », a répété Jean-Michel Blanquer. « A ce stade », le protocole de fermeture d’une classe à l’apparition d’un cas reste en vigueur mais « cela peut toujours évoluer d’ici à la fin de l’année scolaire ». Concernant les autotests au sein des établissements scolaires, le ministre s’est dit « optimiste » sur leur montée en puissance en dépit des remontées du terrain de syndicats qui évoquent un taux d’acceptation de l’ordre de 5 à 10 % en moyenne.

« Heureusement ce taux est supérieur à 10 % mais il est parfois inférieur à 10 % dans certains établissements, c’est très variable », a souligné Jean-Michel Blanquer. « J’en profite pour le dire aux parents d’élèves : il faut évidemment accepter le principe des autotests qui est quelque chose de très pratique, très simple, qui ne cause aucune douleur aux enfants et qui est très utile ».