Vaccination dans les Bouches-du-Rhône : Le centre de Coudoux manque de candidats au vaccin

EPIDEMIE Il reste près de 2.000 créneaux cette semaine ouverts pour se faire vacciner

Caroline Delabroy
— 
Le parc Chanot, à Marseille, accueille un centre municipal de vaccination.
Le parc Chanot, à Marseille, accueille un centre municipal de vaccination. — AFP
  • Le centre départemental de vaccination de Coudoux, dans les Bouches-du-Rhône, manque cette semaine de candidats au vaccin.
  • Pour le SDIS 13, cette situation peut s’expliquer par le week-end allongé, qui a retardé la prise de rendez-vous, et l’arrivée du Moderna dans les pharmacies.
  • Au Vélodrome à Marseille, les créneaux libres sont compensés par les personnes qui se rendent directement sur place en fin de journée.
  • Selon l’ARS Paca, une personne sur cinq a reçu deux doses de vaccin dans les Bouches-du-Rhône, mieux que la moyenne nationale.

« Venez, il reste des créneaux. » A Coudoux, dans les Bouches-du-Rhône, le centre départemental de vaccination peine ces jours-ci à faire le plein. Si la journée de samedi affiche complet, il restait ce mardi matin près de 2.000 places pour se faire vacciner cette semaine de Pfizer ou Moderna, à réserver via Doctolib. « On reçoit chaque semaine de l’ARS 10.000 doses en moyenne de vaccin sur le centre de Coudoux, indique le capitaine Stéphane Guyot, responsable communication du Service départemental d’incendie et de secours des Bouches-du-Rhône (SDIS 13). On est normalement sur un rythme de 1.500 vaccinations par jour. »

Depuis l’ouverture du centre, le 6 mars dernier, c’est la seconde fois qu’un appel aux volontaires est lancé via les médias locaux. « On a mis ça cette fois sur le compte du week-end prolongé », poursuit Stéphane Guyot, qui ne se veut pas plus inquiet. « Jusqu’à présent, à chaque fois qu’on a eu une relance dans les médias, ça se complète. Avec le nombre d’infos et l’évolution des conditions d’éligibilité, les gens sont un peu perdus. Cela a peut-être aussi à voir avec le Moderna qui est désormais disponible en pharmacie et chez les médecins libéraux. On peut aller plus facilement se faire vacciner à proximité. »

Le centre de vaccination de Coudoux, l’un des six centres gérés par le département avec l’appui opérationnel du SDIS 13, compte bien « atteindre les 100.000 injections cette semaine ». Côté vaccinodrome de Marseille, géré lui par le bataillon des marins-pompiers de Marseille (BMPM), ce sont plus de 6.000 doses qui sont disponibles chaque jour. « Il y a aussi cette notion de créneaux pas toujours pleins, mais les gens n’ont pas forcément le réflexe de prendre rendez-vous en ligne et se présentent le soir spontanément, si bien qu’on arrive avec les listes complémentaires à donner toutes les doses délivrées », assure le BMPM.

« Des manières de prendre rendez-vous qui ont changé »

De son côté, l’ARS ne ressent pas pour le moment d’essoufflement de la vaccination. « Il y a peut-être des manières de prendre rendez-vous pour la vaccination qui ont changé, les gens anticipent peut-être moins », avance ainsi Caroline Ageron, directrice de la délégation des Bouches-du-Rhône à l’ARS Paca. Des rendez-vous qui partaient dans la demi-heure une fois libérés sur une plateforme en ligne sont davantage complétés au jour le jour. « Les rendez-vous finissent par être pris », assure-t-elle, rappelant que les Bouches-du-Rhône suivent peu ou prou le rythme national de la campagne de vaccination.

Plus de 680.000 personnes ont ainsi reçu une première dose de vaccin, soit 33 % de la population des Bouches-du-Rhône (contre 35 % en France). Et pour une vaccination complète (les deux doses), le département fait même un peu mieux que la moyenne nationale avec une personne sur cinq vaccinée, soit 18 % de la population (contre 16 % pour la France). Selon le SDIS 13, aucune dose de vaccin n’est dans tous les cas perdue. « Le centre de vaccination est aménagé à côté de notre pharmacie départementale, détaille Stéphane Guyot. On décongèle et on prépare les doses en fonction des créneaux ouverts. »