Eure : Enquête ouverte contre le député RN Nicolas Bay pour provocation à la haine raciale

RACISME Dans une vidéo publiée sur son compte Facebook, le candidat RN aux élections régionales en Normandie s’oppose à la construction d’une mosquée à Guichainville

20 Minutes avec AFP

— 

Le député européen RN Nicolas Bay visé par une enquête pour provocation à la haine raciale après une vidéo tournée devant la future mosquée dans l'Eure.
Le député européen RN Nicolas Bay visé par une enquête pour provocation à la haine raciale après une vidéo tournée devant la future mosquée dans l'Eure. — Olivier Coret/SIPA

Une enquête a été ouverte pour « des faits supposés de provocation à la haine raciale » à l’encontre du député européen RN Nicolas Bay. Elle fait suite à « un signalement et une plainte de la grande mosquée de Paris » après la diffusion d’une vidéo tournée par l’élu devant le chantier de la mosquée de Guichainville ( Eure), a indiqué Dominique Puechmaille, procureur d’Evreux.

Cette vidéo de 44 secondes a été mise en ligne le 5 mai sur le compte Facebook de Nicolas Bay, selon le courrier de signalement adressé au procureur par les élus du groupe d’opposition de gauche au conseil municipal d’Evreux. Conseiller régional sortant, Nicolas Bay est également tête de liste du Rassemblement national en Normandie pour les élections régionales et membre du bureau national du RN.

Un appel « à la violence contre les musulmans fréquentant cette mosquée »

Selon les propos rapportés dans ce signalement par les élus de gauche, Nicolas Bay déclare notamment dans cette vidéo : avec la construction de cette mosquée, ce sont « nos paysages normands qui aujourd’hui sont défigurés, et l’Islam politique qui se propage partout en France et ici même en Normandie. Il faut mettre fin à cette dérive, il faut arrêter le communautarisme, quand on sait qu’il importe à la fois de la délinquance, de la criminalité, et du terrorisme comme on l’a vu avec l’assassin de Samuel Paty à Conflans-Sainte-Honorine il y a quelques mois ».

Les élus d’Evreux affirment également, exemples à l’appui, que la publication du responsable du RN a suscité sur sa page Facebook des commentaires qui, « outre leur caractère raciste, (…) appellent, sans équivoque possible, à la violence contre les musulmans fréquentant cette mosquée ».