Trafic de stupéfiants : Selon le ministre de l’Intérieur, « Snapchat, c’est le réseau social de la drogue »

RESEAUX SOCIAUX Invité de la matinale de France Inter, le ministre a dénoncé une « ubérisation » du trafic de drogues

20 Minutes avec AFP
— 
Gérald Darmanin, à l'Assemblée nationale, le 18 mai 2021.
Gérald Darmanin, à l'Assemblée nationale, le 18 mai 2021. — AFP

De la drogue à portée de clics. Snapchat, une application de partage de vidéos et de photos très prisée des jeunes, est devenue « le réseau social de la drogue » en favorisant les livraisons à domicile, a fustigé mercredi Gérald Darmanin.

« C’est sur Snapchat que les livreurs de drogue donnent leurs rendez-vous, comme vous donnez rendez-vous sans doute pour livrer une pizza. (…) C’est totalement démoralisé, si j'ose dire », a déclaré le ministre de l’Intérieur sur France Inter, dénonçant une « ubérisation » du trafic via « les réseaux sociaux ».

Un message adressé aux dirigeants de l’application

Lors de cette interview, Gérald Darmanin a appelé les dirigeants de Snapchat à « prendre [leurs] responsabilités » pour « arrêter d’être le réseau social de la drogue ». « Des scooters, des faux VTC, livrent à domicile pour éviter le travail que nous faisons dans l’espace public, c’est-à-dire en bas de l’immeuble », a-t-il ajouté.

Le ministre de l’Intérieur, qui a fait de la lutte contre le trafic de stupéfiants sa priorité, a indiqué mardi dans une interview à l’Express que plus de 1.700 opérations de police avaient été menées depuis janvier sur les 4.000 points de deal répertoriés en France. A la suite de ces opérations, « plus de 500 points de deal depuis le mois de janvier ont été démantelés », a-t-il complété sur France Inter.