Déconfinement : Comment profiter de son verre en terrasse en toute sécurité ?

CORONAVIRUS Afin que la réouverture des terrasses ne rime pas avec rebond épidémique, « 20 Minutes » vous donne quelques petits conseils pour boire ou manger en toute sécurité

Jean-Loup Delmas
— 
Les terrasses réouvrent ce mercredi 19 mai. Mais attention à ne pas faire n'importe quoi
Les terrasses réouvrent ce mercredi 19 mai. Mais attention à ne pas faire n'importe quoi — Nicolas TUCAT / AFP
  • Ce mercredi, c’est (enfin) la réouverture des terrasses et l’occasion de boire et de manger dehors.
  • Mais avec une incidence à 150 cas pour 100.000 habitants, le coronavirus est toujours présent en France et un rebond épidémique reste possible.
  • Comment réussir à boire son verre en terrasse en prenant le moins de risque possible ?

Ce mercredi 19 mai marque la première étape du déconfinement. Evénement très attendu, les terrasses rouvrent et il est à nouveau possible de prendre un verre ou un repas dans votre café, restaurant ou bar préféré. Le professeur Arnaud Fontanet, épidémiologiste et membre du Conseil scientifique, a averti sur LCI : « Si on veut s’offrir un bel été et voir cette courbe de nombre de cas du coronavirus continuer à baisser, il faut faire un effort », appelant à la prudence en cette journée de réouvertures.

Alors comment combiner le plaisir d’un verre dehors et le moindre risque de contamination et de rebond épidémique ? 20 Minutes vous donne quelques conseils pratiques.

Choisir une terrasse aérée au maximum

L’aération reste le facteur principal lorsqu’on ne porte pas de masque. L'Institut Pasteur estime à 5 % seulement le nombre de contamination en extérieur, contre 80 % en lieu clos et 15 % en espace intérieur mais aéré. Or, toutes les terrasses ne sont pas ouvertes de la même manière. Il faut éviter les terrasses chauffées avec un toit et des clôtures, ou les terrasses qui ont eu la fausse bonne idée d’installer des cloisons entre chaque table, ce qui finalement les aère mal.

«Pour savoir si une terrasse est sûre au niveau de l’aération, on peut y observer la fumée de cigarette. Si elle se dissipe directement, c’est bon. Si elle reste en l’air, c’est que l’endroit est mal ventilé», indique Michaël Rochoy, médecin généraliste et chercheur en épidémiologie. 

Ne pas parler trop fort

Parler fort – ou pire, chanter – augmente la quantité de particules émises, ainsi que le nombre de goutelettes projetées, et de facto le risque de transmission de Covid. Il faut donc éviter les terrasses trop bruyantes, qui mettent de la musique trop forte, d’autant plus que pour des raisons évidentes, se rapprocher de son voisin pour lui parler sans crier n’est pas vraiment la meilleure solution pour éviter les transmissions.

«Evidemment, la meilleure solution, c’est de parler avec son masque et de l’enlever uniquement pour manger et boire. Mais si on veut s’éviter cette contrainte, il vaut mieux trouver une terrasse peu bruyante et ne pas parler fort», indique Michaël Rochoy. Les lacs du Connemara attendront.

Eviter au maximum les terrasses bondées

Pour les deux raisons évoquées plus haut, et parce que le risque zéro de transmission en extérieur n’existe pas, il vaut mieux éviter les terrasses trop bondées. D’autant plus que plus il y a de monde autour, plus la probabilité qu’il y ait de personnes positives au coronavirus augmente. «Il faut fuir les endroits trop denses, les bars qui ne respectent pas la distanciation des tables, les foules. Là, même en extérieur, le risque augmente considérablement», appuie Michaël Rochoy.

Ne pas voir trop de monde

Premièrement, vous n’êtes pas obligé d’être six par table (et oui !). Deuxièmement, évitez absolument d’être plus. C’est-à-dire que la «fraude» qui consiste à réserver plusieurs tables via un énorme groupe d’amis puis à échanger de place et de table pour parler à tout le monde est clairement à ne pas faire dans un souci épidémique. Autre technique de filou à éviter, se faire plusieurs bars avec plusieurs groupes d’amis différents. Ce soir, voyez au maximum cinq personnes, pas plus.

«Dans l’absolu, il faut éviter de voir trop de monde et garder un cercle social restreint. Une fois encore, plus on voit de monde, plus on prend le risque de se contaminer, mais également de contaminer si on est positif», rappelle Michaël Rochoy. Le taux d’incidence national, à 150 cas pour 100.000 habitants, est élevé. Mais il l’est encore plus dans certaines régions. Avec un taux de 230 à Paris par exemple, «le risque de croiser une personne positive est très important. Il faut donc limiter les contacts», pointe le médecin.

Porter un masque à l’intérieur

Dès que vous allez à l’intérieur (notamment aux toilettes), il faut absolument porter un masque, car le risque d'infection augmente considérablement dans un lieu clos.

Eviter d’être trop tactile

Vos proches vous ont manqué et c’est bien normal mais pour le moment, il faut éviter les élans affectifs tactiles, les câlins ou même de trop se rapprocher d’eux. Règle évidente également, mais on la rappelle au cas où, même si votre verre est délicieux, on évite de le faire goûter à son voisin. Il n'avait qu'à mieux choisir. On s'abstient également de trinquer en faisant s'entrechoquer les verres. Car si l'apéro vous avait manqué, c'est probablement aussi le cas pour le coronavirus, qui n'hésitera pas à être de la partie.