Sarthe : Une énorme usine de production de gants médicaux sur le site d’Arjowiggins

RENOUVEAU La société Kolmi-Hopen, spécialiste des produits à usage médicaux, prévoit de s'installer à Bessé-sur-Braye

20 Minutes avec AFP
— 
L'usine Arjowiggins de Besse-sur-Braye dans la Sarthe.
L'usine Arjowiggins de Besse-sur-Braye dans la Sarthe. — G.Michel/Sipa

La liquidation judiciaire en 2019 de la papeterie Arjowiggins et ses 570 emplois a été vécu comme un traumatisme à Bessé-sur-Braye (Sarthe),à l'est du Mans. Le site a été repris par la société Paper Mills Industrie mais demeure sans activité. Toutefois, un nouveau gros projet industriel pourrait finalement lui succéder. La PME Kolmi-Hopen, spécialiste des produits médicaux à usage unique, prévoit en effet d’installer une importante unité de production de gants sur le site de l’ex-usine Arjowiggins, a annoncé mardi la ministre déléguée chargée de l’Industrie Agnès Pannier-Runacher.

Kolmi-Hopen « a décidé d’investir sur le site d’Arjowiggins 35 millions d’euros pour installer de nouvelles chaînes de production » de gants en nitrile à usage unique, a affirmé la ministre lors de la séance de questions au gouvernement à l’Assemblée nationale.

« Ce projet répond à un double objectif, la reconquête industrielle et la revitalisation de ce territoire qui a été durement touché, mais également la reconstruction de notre souveraineté sanitaire », a-t-elle insisté.

Jusqu’à 2 milliards de gants par an

Ce futur site de Bessé-sur-Braye « sera le deuxième site en Europe capable de fabriquer ces gants, jusqu’à 2 milliards de gants par an, soit plus que les besoins des hôpitaux aujourd’hui en France », a défendu Agnès Pannier-Runacher.

Le projet va bénéficier de 10 millions d’euros dans le cadre du plan de relance. « 150 à 200 emplois seront créés la première année, avec un potentiel pouvant atteindre plus de 300 emplois sur site à terme », a indiqué Bercy dans un communiqué.

L’usine de production de papier spécialisée Arjowiggins avait été mise en liquidation judiciaire en mars 2019, puis reprise l’an dernier par la société Paper Mills Industries, qui a décidé d’y abandonner la production de papier magazine pour développer d’autres activités.