Déconfinement : « Le conseil en boutique est primordial », « La carte bleue va chauffer »… Les clients prêts pour la réouverture des magasins

SHOPPING Pour rhabiller les enfants, se faire plaisir ou soutenir les petits commerçants, beaucoup de clients et clientes seront de retour dans les boutiques dès ce mercredi de réouverture

Anissa Boumediene

— 

Terrasses, magasins, couvre-feu : La première phase du retour à une vie normale — 20 Minutes
  • Ce mercredi, la France se déconfine.
  • Après une longue fermeture, terrasses de bar et restaurants, cinémas, musées et boutiques accueilleront de nouveau leur clientèle.
  • Et il y en a qui ont déjà prévu d’aller faire les boutiques dès leur réouverture.

Dans. Les. Starting-blocks. A la veille du déconfinement tant attendu ce mercredi, nombreux sont celles et ceux qui ont déjà prévu leur programme. Terrasses (sous la pluie), cinémas, musées rouvrent enfin après de longs mois de fermeture pour cause de pandémie de  coronavirus. Et ces lieux chers à nos cœurs devraient être pris d’assaut par les épicuriens avides de renouer avec l’art de vivre à la française. A Paris, capitale mondiale de la mode, comme dans le reste de l’Hexagone, on se prépare aussi à se rhabiller pour l’été, alors que les commerces dits « non-essentiels » vont rouvrir et accueillir une clientèle pressée de faire chauffer la carte.

Vêtements, chaussures, accessoires et produits de beauté : autant de plaisirs essentiels que beaucoup ont hâte d’aller s’offrir dès ce mercredi pour leur première virée shopping de déconfinement. Plus rien à se mettre, besoin de rhabiller les enfants, budget confortable avec peu d’occasions de dépenser, ou tout simplement envie de flâner dans les boutiques (presque) comme avant : pour les lecteurs et lectrices – enfin surtout les lectrices – de 20 Minutes qui ont répondu à notre appel à témoignages, à chacune sa bonne raison de courir les boutiques.

« Le conseil en boutique est primordial »

« J’ai besoin de renouveler ma garde-robe », plante Agathe, qui a bien « prévu d’aller faire les boutiques ». Idem pour Marie qui, « dès la réouverture des magasins, [a] prévu d’acheter une paire de chaussures de sport ainsi qu’une paire de nu-pieds. Pour cela, j’ai budgété une enveloppe de 200 euros. Je n’ai pas spécialement fait de repérage en ligne car je compte sur les conseils des vendeurs, surtout pour les chaussures de sport. Le conseil en boutique est primordial. C’est la raison pour laquelle je n’ai pas fait d’achats en ligne ».

Car sur place, l’expérience shopping n’est pas la même. En plus de précieux conseils, on peut toucher les matières, se rendre compte de la couleur exacte d’un vêtement. Et surtout, on peut l’essayer ! « Cela fait des mois que j’attends de pouvoir aller dans les magasins pour trouver une tenue et des chaussures pour le mariage de ma sœur, s’impatiente Elendille. Internet, c’est bien, mais ça a ses limites en termes d’essayage et de retour si l’achat ne convient pas. Alors vive les magasins pour faire des achats plus efficaces ! »

« La carte bleue va chauffer », « J’ai hâte, je vais me faire plaisir »

Au taquet, Ambre a déjà planifié sa séance idéale pour mercredi : « Je vais me rendre au centre commercial Euralille, j’aime beaucoup ce sublime lieu de shopping ». Et sa liste d’achats : « J’ai besoin de sandales pour les beaux jours, de belles robes, des jeans ainsi que de la lingerie, énumère la jeune femme, qui a plusieurs raisons de refaire si vite du shopping. J’étais au chômage à cause du Covid-19, alors j’ai fait du sport et beaucoup maigri. Je vais aussi pouvoir me racheter du maquillage et m’offrir un bon petit goûter pendant ma virée ! J’ai hâte, je vais me faire plaisir ! »

Sandrine, elle, aborde sa prochaine séance de shopping comme un acte citoyen et solidaire à l’égard des commerçants durement touchés par la crise : « Je vais aller faire les petites boutiques qui en ont bien besoin. Vive les petits commerces ! » Même démarche pour Lapis Lazuli : « Oh oui, je vais aller faire du shopping ! Les vendeuses ont tremblé pour leurs jobs durant des mois alors, pour elles, j’attends la réouverture pour faire mes achats » directement en boutique et non en ligne. Elle sera peut-être accueillie par Wendy, commerçante qui reprendra son activité ce mercredi, et qui « s’attend à une déferlante dingue ».

Et après une longue fermeture des commerces et des mois d'épargne record des Français, il y en a qui comptent bien casser la tirelire. A l’instar de Karima, qui attend « avec impatience l’ouverture des magasins. Je vais essentiellement acheter des vêtements et des chaussures pour toute la famille : mes enfants, mon mari et moi. Je ne me fixe pas de budget, car je sais que ça va être difficile de le respecter. Mais la carte bleue va chauffer ! »

Chaussures, vêtements… « Des achats utilitaires pour les enfants »

Comme Karima, beaucoup de mamans prévoient de faire les boutiques. Peut-être moins par plaisir que par besoin, pour rhabiller leur progéniture qui n’a pas arrêté sa croissance pendant le confinement. « Pas trop le choix, confirme Agnès. Ce sont les joies de l’ado qui a décidé de "pousser" pendant le confinement », confie-t-elle. Hélène va elle aussi arpenter les magasins, mais « ce n’est pas du shopping, c’est de l’utilitaire », précise la mère de famille. De l’utilitaire plutôt urgent, puisque « les enfants ont des chaussures abîmées ou trop petites, et c’était bien pénible de ne pas pouvoir en acheter jusque-là ». Même plan pour Gwenaëlle, à qui il faut « absolument des chaussures pour les enfants !!»

Et pourquoi pas sur Internet ? « Parce que difficile de voir la taille en ligne, répond Elodie. Je compte juste aller acheter des vêtements pour ma fille, mais je vais faire vite ! » Rapidité et prudence seront aussi de mise pour Cindy, jeune maman qui a « accouché il y a trois semaines. J’ai besoin de beaucoup de choses pour mon bébé. Et j’en ai besoin vite, donc j’irai faire du shopping dès mercredi pour prendre ce qu’il me manque. Tout cela en respectant bien sûr les gestes barrières et en essayant d’y aller aux horaires où il y aura le moins de monde ».

Ruée ou pas dans les commerces ce mercredi, ils seront soumis à des règles strictes. Les autorités ont détaillé un protocole sanitaire en plusieurs étapes, avec notamment un encadrement du nombre de clients pouvant être accueillis, soit une jauge d’un client maximum pour 8 mètres carrés. Cette jauge passera à un client pour 4 mètres carrés à compter du 9 juin, et doit disparaître le 30 juin.