Coronavirus dans le Finistère : Une enquête ouverte après une manifestation anti-masques

EPIDEMIE Plus de 600 personnes avaient répondu à l’appel de l’association A l’ère libre le 12 avril à Quimperlé

J.G.

— 

Illustration de manifestants anti-masques le 14 novembre 2020 à Nice.
Illustration de manifestants anti-masques le 14 novembre 2020 à Nice. — Valéry Hache / AFP

Qui sont les organisateurs de la manifestation anti-masques et anti-vaccins qui a réuni plus de 600 personnes le 12 avril à Quimperlé (Finistère) ? Pour tenter de faire la lumière sur ce rassemblement, le procureur de la République de Quimper vient d’ouvrir une enquête pour mise en danger de la vie d’autrui, rapporte Le Télégramme.

Cela fait suite à la plainte déposée le 16 avril par Michaël Quernez, le maire de Quimperlé, à l’encontre « des représentants légaux de l’association organisatrice (A l’ère libre !), des collectifs nationaux Réinfocovid et Laissons les médecins prescrire, ainsi que contre toute autre personne morale ou physique ayant une responsabilité dans l’organisation et le déroulement de la manifestation », avait indiqué la commune bretonne dans un communiqué.

La députée controversée Martine Wonner était présente

Lors de ce rassemblement, qui s’était tenu dans le parc Le Bel-Air, les gendarmes avaient procédé à près de 140 verbalisations pour non-port du masque, défaut d’attestation dérogatoire ou stationnement gênant.

La députée du Bas-Rhin Martine Wonner, qui s’est illustrée par des positions polémiques depuis le début de la crise sanitaire, avait notamment participé à la manifestation, tout comme l’avocat Carlo Alberto Brusa, figure de la mouvance complotiste.