Coronavirus : Peut-on se faire vacciner en vacances ou sur son lieu de week-end ?

VACCINATION La consigne est claire : la deuxième dose doit être injectée dans le même centre de vaccination que la première, sauf « exception »

Manon Aublanc

— 

Un centre de vaccination à Cannes.
Un centre de vaccination à Cannes. — Lionel Urman
  • Depuis ce mercredi, tous les adultes, sans comorbidités, peuvent prendre rendez-vous pour le jour même ou le lendemain s’il reste des doses. En début de semaine, la vaccination a été ouverte, sans conditions, à tous les Français de plus de 50 ans.
  • A ce jour, 18,5 millions de premières doses ont déjà été injectées dans l’Hexagone et 8,5 millions de Français ont été totalement vaccinés.
  • A la veille du pont de l’Ascension, certains Français envisagent de se faire vacciner dans leur lieu de villégiature. Mais est-ce vraiment possible ? « 20 Minutes » fait le point.

Au moment où la campagne de vaccination contre le coronavirus s’est élargie, ce lundi, à tous les plus de 50 ans et que les 18-50 ans peuvent, depuis ce mercredi, prendre rendez-vous lorsqu’il reste des doses, le gouvernement a appelé les Français à « s’adapter » cet été, en s’efforçant de rendre compatibles leurs dates de départ en vacances et leurs rendez-vous de vaccination.

Avec la fin des limitations de déplacements et la réouverture des bars, des musées et des commerces non-essentiels, nombreux sont les Français qui ont prévu de partir. Mais peut-on prendre un rendez-vous de vaccination sur son lieu de vacances ou de week-end ? 20 Minutes fait le point sur la question.

Les deux injections dans le même centre de vaccination

Avec l’ouverture de la campagne de vaccination à toutes les personnes de plus de 50 ans cette semaine, puis celles âgées de plus de 18 ans mi-juin, une partie des Français devrait recevoir sa deuxième dose pendant les vacances d’été. Mais la consigne est claire : « La règle, c’est que la deuxième dose a lieu dans le centre où on a fait sa première dose », a indiqué le ministère de la Santé, mardi, lors d’un point presse en ligne. Pour le gouvernement, la vaccination doit passer avant la programmation de vacances ou de week-end : « Il faut adapter son planning de vacances. (…) Il va y avoir besoin de s’adapter à son schéma de vaccination pour ces vacances-là ».

« Nous recommandons vivement que la seconde injection soit réalisée au même endroit que la première, afin notamment de ne pas perturber la chaîne logistique et de permettre la meilleure allocation des doses », a également affirmé la Direction générale de la Santé, ce mercredi, interrogée par nos confrères de Ouest-France. En effet, le délai entre les deux injections doit absolument être respecté : 42 jours entre la première et la deuxième dose pour les vaccins Pfizer et Moderna, 12 semaines pour les vaccins AstraZeneca et Janssen, a précisé le ministère de la Santé, précisant qu’un allongement entre les injections pour les deux vaccins à ARN messager était exclu.

Une « exception » en cas « d’impératif »

Il y a la consigne, et il y a la réalité. Le gouvernement anticipe déjà les Français qui prendraient tout de même rendez-vous pour leur deuxième injection dans un centre de vaccination différent de celui de la première injection. Ainsi, il sera tout de même possible de « prendre sa deuxième dose dans un autre endroit où on va aller passer ses vacances », mais cela « doit être l’exception » en cas d'« impératif », a rappelé le ministère de la Santé. Des rendez-vous dans des centres de vaccination différents pour la première et la deuxième injection pourraient entraîner une « désorganisation », a justifié le ministère expliquant qu’il était « très difficile de réussir à anticiper le nombre de doses supplémentaires » à envoyer dans un département donné.

En début de semaine, dans une interview accordée au Parisien, le Premier ministre, Jean Castex, lui-même, avait appelé les Français à se faire vacciner « y compris sur (leur) lieu de vacances », précisant que les centres de vaccination « seront bien sûr ouverts » pendant le pont de l’Ascension. Mardi, le chef du gouvernement a réitéré ses propos sur France 2 : « N’hésitez pas à aller vous faire vacciner dans un centre de vaccination de votre lieu de villégiature. Ils sont ouverts. Nous allons les laisser ouverts tout le week-end. Je compte sur la mobilisation », a-t-il martelé.

Mais attention, pour ceux qui prendraient un rendez-vous dans un autre centre de vaccination pour leur deuxième injection, « il faut en revanche veiller à annuler le second rendez-vous pris dans le centre d’origine, afin de libérer une dose pour une autre personne, susceptible alors de pouvoir récupérer le rendez-vous », a mis en garde la DGS.

Davantage de doses dans les zones touristiques

Pour pallier la multiplication de rendez-vous sur les lieux de vacances très fréquentés, des adaptations de la campagne de vaccination sont prévues dans les zones touristiques, où davantage de doses vont être envoyées, a indiqué le ministère de la Santé. « Une réflexion » est en cours avec les Agences régionales de santé concernées pour « anticiper les mouvements de population » et « imaginer des formes de vaccination qui soient un peu « boostées » dans les lieux touristiques », notamment « pour maintenir une offre vaccinale en primo-vaccination qui soit dynamique dans ces lieux touristiques ».

« C’est très difficile d’anticiper le nombre de doses supplémentaires qu’il faut envoyer dans tel département parce que dans tel département, il va y avoir tant de secondes doses à faire à tel moment », explique le ministère de la Santé. « Cela dépend des flux de populations et des mouvements qui sont liés aux choix individuels des gens, d’où la nécessité d’imposer la règle d’une vaccination au même endroit ». A l’inverse, des « plans de continuité d’activité » vont être mis en place pour les centres de vaccination des métropoles, pour « maintenir la cadence » des vaccinations cet été, en remplaçant pendant leurs congés les professionnels de santé qui réalisent les consultations pré-vaccinales et les injections.