Fresnes : Trois surveillants de la prison visés par une plainte pour des violences sur un détenu

PLAINTE Un détenu âgé de 20 ans souffre d'une fracture et d'un large hématome au niveau du bras

20 Minutes avec AFP

— 

Un couloir de la prison de Fresnes (image d'illustration).
Un couloir de la prison de Fresnes (image d'illustration). — STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Trois agents de la prison de Fresnes, dans le Val-de-Marne, sont visés par une plainte pour violences aggravées commises contre un détenu. Selon la plainte transmise mardi au parquet de Créteil, les faits reprochés remontent à la soirée du 14 au 15 avril. Alors qu’un détenu âgé de 20 ans et incarcéré depuis janvier refuse de réintégrer sa cellule, trois agents, deux hommes et une femme, « perdent patience » : « deux d’entre eux le plaquent contre le mur », le frappent « à coups de poing et de pieds » et lui tordent les deux bras « avec violence derrière son dos ». Le troisième agent reste « passif », précise la plainte.

Le détenu a été transporté « quelques jours plus tard » à l’hôpital du Kremlin-Bicêtre, souffrant d’une fracture de l’humérus et d’un « hématome volumineux au niveau du bras », selon des documents de l’hôpital. Outre ces violences, l’avocat du détenu, Me Younes Faher, accuse des agents d’avoir retiré des documents d’une enveloppe que son client lui avait envoyée. « J’userai de tous les moyens légaux afin que l’enquête qui sera ouverte permette de déterminer les circonstances dans lesquelles ces violences inadmissibles ont été commises », a assuré Me Younes Faher.

Enquête interne

Une enquête interne a été ouverte par l’administration du centre pénitentiaire concluant à « un geste professionnel mal maîtrisé », a précisé une source proche du dossier, ajoutant que les « agents n’ont pas été assez précautionneux ». Selon cette source, le détenu, « connu pour des troubles du comportement », s’était approché de la rambarde de la coursive du 4e étage, poussant les agents à le « tirer par le bras ».

Contacté mardi, le parquet de Créteil n’était pas en mesure de confirmer la réception de la plainte.