Nord : La ville d’Hautmont se paye un package police municipale vidéosurveillance

SECURITE Le maire d’Hautmont, récemment élu, met le paquet sur la sécurité pour tenter d’endiguer une délinquance délocalisée depuis les communes périphériques

Mikaël Libert

— 

Hautmont aura enfin sa propre police municipale (illustration).
Hautmont aura enfin sa propre police municipale (illustration). — M.Libert / 20 Minutes
  • Hautmont, dans le Nord, était une des rares communes de 15.000 habitants sans police municipale.
  • Selon le maire de la ville, la délinquance a fortement augmenté ces dernières années.
  • Hautmont comptera bientôt six agents équipés d’armes à feu et un système de vidéosurveillance.

Dans le Nord, on connaît Hautmont pour la tornade qui a dévasté une partie de la ville il y a dix ans et parce que le fils a ravi la mairie à son père lors des dernières élections municipales. Ce que l’on ignore, c’est que cette commune de 15.000 habitants est une des rares de cette taille a ne pas avoir de police municipale alors que la délinquance s’y développe de manière spectaculaire. Le maire, Stéphane Wilmotte, a donc décidé un « package sécurité » très complet.

Les chiffres de la délinquance dans sa commune, Stéphane Wilmotte les livre en soupirant : « Rien que sur les 9 premiers mois de l’année 2020, les atteintes aux personnes ont augmenté de 29 %, les atteintes aux biens de 26 % », déplore celui qui entame son premier mandat de maire. Une spectaculaire augmentation qu’il explique par « un glissement de la délinquance », notamment depuis Maubeuge. Du coup, et c’était un argument de campagne, Stéphane Wilmotte serre la vis.

Policiers expérimentés et armés

En premier lieu, les effectifs de la police municipale vont être étoffés et portés à huit agents, dont deux ASVP (surveillance de la voie publique). « Je n’ai pas voulu de cow-boy mais des personnes avec de l’expérience et connaissant déjà le terrain », explique-t-il. La moyenne d’âge est de 40 ans et tous sont d’anciens policiers ou gendarmes, « rompus aux techniques et au maniement des armes », poursuit l’élu. Car, en effet, sa police municipale est désormais dotée d’armes à feu en plus de l’équipement de base. Ils sont aussi équipés d’un radar pour procéder à des contrôles de vitesse, de sonomètres ou de caméras portables.

Mais ce n’est pas tout. La ville est aussi en train d’installer un système de vidéoprotection dernier cri. Une vingtaine de caméras « boule » dès cette année et une vingtaine supplémentaire d’ici deux ans, le tout relié à un centre de supervision urbain (CSU). « C’est un budget important de 300.000 euros pour lequel nous comptions sur une subvention de l’Etat qui nous a finalement été refusée », déplore le maire. Pourtant, alors même que le dispositif n’est pas encore branché, Stéphane Wilmotte assure en percevoir les premiers effets bénéfiques. « Dans certains quartiers, la seule présence des caméras est dissuasive », assure-t-il.

Un surcoût que la ville va tenter d’atténuer en mutualisant le système. Deux communes limitrophes d’Hautmont se sont montrées intéressées pour bénéficier de sa police municipale n’ayant pas les moyens d’en mettre une en place. « Ces villes vont nous payer une redevance équivalente à un euro par mois par habitant. Cela devrait même nous permettre d’embaucher un agent supplémentaire », estime Stéphane Wilmotte.

Et parce qu’il n’y a pas que la sécurité dans la vie, la mairie compense en accentuant ses actions de prévention. Outre la mise en place de médiateurs, le stade, dévasté par la tornade, sera réhabilité et permettra aux associations d’y emmener leurs adhérents pour faire du sport.