Bretagne : Avec l’application vocale Sara, les déficients visuels prennent le large

INCLUSION L’association brestoise Orion a développé un outil pour permettre aux marins non-voyants de skipper en toute autonomie

Jérôme Gicquel
— 
Olivier Ducruix et Mathieu Simonnet en pleine navigation.
Olivier Ducruix et Mathieu Simonnet en pleine navigation. — Mathieu Simonnet
  • Une association brestoise a développé une application pour permettre aux marins non-voyants de naviguer en toute autonomie.
  • L’application Sara Nav donne vocalement des informations aux déficients visuels comme le cap, la profondeur ou la vitesse du vent pendant que ces derniers sont à la barre.
  • Le projet est parrainé par Damien Seguin, premier skipper handicapé à avoir bouclé le Vendée Globe.

Avec Jean Le Cam, il a été l’un des héros de la dernière édition du Vendée Globe. Né sans main gauche, le skipper Damien Seguin a réussi l’exploit de boucler le tour du monde en solitaire, prouvant ainsi que le handicap n’était pas un frein à la pratique de la voile. Engagé « pour faire voler en éclat les préjugés », le Nantais apporte désormais tout son soutien au projet Sara Nav dont il est parrain. Disponible gratuitement depuis vendredi sur l’Apple Store en français et en anglais, cette application mobile permet aux marins non-voyants de naviguer en toute autonomie.


On la doit à l’association brestoise Orion qui embarque depuis 2002 des personnes déficientes visuelles pour des virées au large de la Bretagne. « Ces personnes peuvent très bien barrer un bateau ou régler les voiles mais elles vont par contre rencontrer des difficultés avec les obstacles comme les digues ou les côtes », souligne son président Mathieu Simonnet. Moniteur de voile, le Brestois est aussi enseignant-chercheur à l’IMT Atlantique où il mène des travaux sur la cognition spatiale en l’absence de vision. Cela l’a conduit à concevoir des cartes marines en relief pour permettre aux personnes aveugles et déficientes visuelles de se repérer en mer.

L’appli donne des infos « que l’on n’a pas avec les yeux »

Avec le soutien de l’Unadev (Union nationale des aveugles et déficients visuels), Mathieu Simonnet a poursuivi ses recherches pour aider ces marins à naviguer sans les yeux. Voilà comment est née l’application Sara Nav qui a été testée en conditions réelles en fin de semaine dernière sur le Léman. Atteint d’une maladie de la rétine qui l’a rendu aveugle, Olivier Ducruix faisait partie de l’aventure avec sept autres personnes déficientes visuelles. Pendant trois jours, ils ont navigué sur le lac avec l’aide de l’application et de deux encadrants. « Mis à part à la sortie du port, nous avons tenu la barre tout au long de la croisière », indique le quinquagénaire, qui pratique la voile depuis une trentaine d’années.

Une fois installée, l’application Sara Nav va en effet permettre de définir une route de navigation avec des points d’étapes à passer. Elle transmettra ensuite par commande vocale des données comme le cap, la profondeur ou la force du vent. « Cela nous donne des informations que l’on n’a pas avec les yeux mais ce n’est pas un pilote automatique, on garde la main et c’est très valorisant », poursuit Olivier Ducruix, qui a particulièrement apprécié « le rééquilibrage des rôles » avec la personne valide à bord du bateau.

Avec son nouvel outil, le navigateur envisage déjà d’autres défis comme une traversée du lac Léman en solo sur un dériveur. Une première étape avant, peut-être, de voir un jour une personne déficiente visuelle au départ d’une course au large.