Commande de 30.000 caméras-piétons pour équiper les policiers français

POLICE Ces caméras doivent être livrées « à partir de juillet » selon le fabricant américain Motorola Solutions qui les fournit

20 Minutes avec AFP

— 

Un brassard de police. (illustration)
Un brassard de police. (illustration) — CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP

Le ministère de l’Intérieur a passé un contrat pour équiper de 30.000 caméras-piétons policiers et gendarmes de 15 millions d’euros, a annoncé Motorola Solutions qui les fournira, ce jeudi.

Ces caméras doivent être livrées « à partir de juillet » selon le fabricant américain. Cet achat avait été annoncé en septembre dernier par le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin qui entendait généraliser cet équipement afin de « donner les mêmes armes aux forces de l’ordre », confrontées lors de certaines interventions à des nuées de smartphones à l’affût de violences illégitimes.

« La consigne est de mettre en marche la caméra quand on est en intervention »

Cette technologie doit aussi permettre de lutter contre les contrôles au faciès, dont les forces de l’ordre sont parfois accusées. Les 10.400 caméras dont les policiers et gendarmes sont dotés à l’heure actuelle sont critiquées notamment pour leur faible autonomie. « Une patrouille dure huit heures, une charge entre deux et quatre heures, donc vous comprenez bien qu’elles ne peuvent pas se mettre en marche dès le début. Pour l’instant la consigne est de mettre en marche la caméra quand on est en intervention », avait expliqué Gérald Darmanin.

Avec sa caméra VB400, Motorola promet une autonomie allant jusqu’à 12 heures. En l’état, la caméra est activée manuellement par le policier ou le gendarme. « A l’avenir, le ministère de l’Intérieur pourra choisir le Holster Aware, qui active l’enregistrement de manière automatique si un agent dégaine son arme du holster » grâce à un senseur Bluetooth, a-t-on précisé chez Motorola.