Déconfinement : Deux Français sur trois, les 18-24 ans en tête, préparent déjà leur retour en terrasse

INFO « 20 MINUTES » Selon un sondage Harris interactive pour Coca-Cola European Partners que dévoile « 20 Minutes » en exclusivité, l’écrasante majorité des Français compte bien profiter des bars et restaurants comme avant. Et même davantage pour un quart d’entre eux

J.B.

— 

La terrasse d'un restaurant à Marseille.
La terrasse d'un restaurant à Marseille. — Fabien Dupoux
  • Deux moins de semaines, sauf contre-ordre, les bars et restaurants vont pouvoir rouvrir leurs terrasses aux clients, mais avec toujours un protocole sanitaire strict.
  • Selon un sondage Harris Interactive pour Coca-Cola European Partners que révèle 20 Minutes, les deux tiers des Français pensent déjà à cette fameuse date du 19 mai.
  • Quelles terrasses choisiront-ils ? Avec qui ? Pour parler de quoi ? Ont-ils peur des risques de contaminations ?

Ça ne sera sans doute pas la grosse bamboche. Mais c’est toujours bon à prendre vu le contexte actuel. Dans moins de deux semaines, le 19 mai – si le gouvernement ne fait pas machine arrière –, les bars et restaurants vont pouvoir rouvrir leurs terrasses aux clients. Un accueil uniquement en extérieur, limité à six personnes par table, avec un couvre-feu décalé à 21 heures. Soit un début de retour à la vie pour ces établissements, en coma artificiel depuis la fin octobre.

Y aura-t-il foule au rendez-vous ? A priori oui, indique une étude Harris Interactive pour Coca-Cola European Partners * que révèle 20 Minutes ce vendredi. Car s’ils sont nombreux (77 %) à se souvenir de leur dernier verre pris en terrasse à l’automne, ils sont presque autant (68 %) à préparer leur retour. Et ce malgré l’ épidémie de Covid-19 toujours présente. « Je n’ai pas peur de retrouver les gens, et je pense qu’il y a moins de risques dans les restaurants que dans les transports en commun… », note ainsi Patricia, qui a répondu à notre appel à témoignages.

Un quart des 18-24 ans voudra en profiter davantage qu’avant la crise

Le 19 mai et les jours suivants sont donc cochés dans les agendas. Mais avec quel programme ? Là, c’est un peu plus vague. Un peu moins d’une personne interrogée sur deux (43 %) sait avec qui elle ira prendre un verre. La même proportion (39 %) a déjà repéré LA terrasse en question, et un quart a prévu sa commande. Dominique est notamment dans les starting-blocks : « Dès l’annonce de l’ouverture, j’ai réservé pour le 19 mai à 13h15, pour deux personnes, au Grand Véfour [à Paris], explique-t-il. Trop longtemps que l’on attend (…). Nous ne pourrons malheureusement pas profiter du décor intérieur, mais j’espère que nous y passerons. On croise les doigts pour que ce soit au top ».

Privés de sortie depuis de longs mois, les jeunes sont, sans surprise, les plus enclins à avoir planifié leur premier « apéro d’après ». Ils sont aussi les plus nombreux (45 % des 18-24 ans, 24 % du total) à vouloir profiter des bars et des restaurants encore plus qu’avant la crise. Car les terrasses, nous dit ce sondage, sont avant tout synonymes de convivialité. « C’est voir du monde, sortir de chez soi », confirme Christophe.

Logique, donc, de voir que l’écrasante majorité (93 %) des personnes qui vont retourner en terrasse le fera à plusieurs. Ce sera en famille (52 %) plutôt qu’entre amis (36 %). Même si on les voit peu en ce moment, les collègues sont bien moins envisagés (5 %).

« Il y a un "hic" : pas de terrasse extérieure »

Et une fois sur place, hors de question de se brouiller dès les retrouvailles en parlant politique. Toujours selon le sondage, les vacances, la famille et l’actu (dont la crise sanitaire) seront au centre des discussions. A moins que la conversation ne tourne autour… des celles et ceux qui ne seront pas là.

Parmi eux, certains, comme Denis, évoquent les risques sanitaires : « Je suis contre cette grave erreur du président, ça va faire (du) relâchement. » Autre problème : l’absence pure et simple de terrasse. « Je suis prête à retourner dans mon endroit préféré, mais il y a un "hic", nous dit Jocelyne : cet endroit ne possède pas de terrasse extérieure ! Nous sommes lésés, et il est hors de question de rester bêtement debout dehors sur le trottoir à consommer l’apéro entre ami(e) s. »

Et puis il y a ceux qui n’ont plus envie. A l’instar d’Alain : « Depuis plus d’une année, le gouvernement m’a appris à me passer de l’inutile (terrasse de café, restaurant, ciné, lieux de rencontres, salle de sport et autres commerces inutiles désignés par l’État, etc). Je n’irai plus jamais sur une terrasse de café ou restaurant ». Dommage, sachant l’accueil que réservera Marie dans son bar à Quimper ​ : « (Certes), sous la pluie, ce sera moins drôle, mais on se prépare à accueillir de nouveau nos clients chéris ! ».

Enquête réalisée en ligne du 30 avril au 3 mai 2021, sur un échantillon de 1.097 personnes représentatif des Français âgés de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région de l’interviewé(e).