Pas-de-Calais : Un trésor épistolaire vieux d’un siècle retrouvé sur un chantier

HISTOIRE La correspondance d’un soldat britannique de la Première Guerre mondiale était dissimulée dans le plancher d’une vieille maison

Mikaël Libert

— 

Les lettres et la tombe du soldat William Swift.
Les lettres et la tombe du soldat William Swift. — Mémorial Notre Dame de Lorette
  • Des travaux de rénovation dans une maison ont permis de retrouver des lettres adressées à un soldat britannique de la Première Guerre mondiale.
  • Des recherches ont été entreprises pour retrouver d’éventuels descendants du jeune homme, mort à 19 ans.
  • Avec l’aide du Mémorial 14-18, le parcours du soldat a été retracé et un arrière-petit-neveu a été identifié.

Trésor caché. Des traces de la Première Guerre mondiale, on n’en retrouve presque tous les jours dans les Hauts-de-France. Effets de soldats, armes, obus dans les champs, dépouilles de disparus au combat… Mais la découverte faite par deux habitants du Pas-de-Calais est plus rare. Dans le plancher d’une maison ils ont exhumé la correspondance personnelle d’un jeune militaire britannique a-t-on appris auprès du  Mémorila 14-18 de Notre-Dame-de-Lorette.

C’est au premier étage d’une maison située route Nationale, à Nœux-les-Mines, que la précieuse découverte a été faite. Dans un appartement longtemps inoccupé au-dessus d’un commerce. Les propriétaires des lieux ont décidé de faire des travaux, il y a quelques semaines, et plusieurs objets sont apparus lors du démontage de l’antique plancher. Quelques munitions et un paquet de lettres selon le Mémorial 14-18. « Elles étaient en bon état et dataient de 1916. Elles étaient adressées à William Swift, un jeune soldat anglais et se trouvaient probablement là depuis un siècle », nous explique-t-on.

Un arrière-petit-neveu retrouvé « en quelques heures »

Le propriétaire du logement, enseignant dans un lycée de Liévin, et un de ses collègues ont contacté le Mémorial 14-18 de Notre-Dame-de-Lorette pour tâcher de retracer le parcours du jeune soldat et tenter de retrouver ses descendants. Des recherches ont ainsi été entreprises par un historien britannique et les équipes du Mémorial, entre autres via les réseaux sociaux.

Un engouement des internautes a permis de « retrouver un arrière-petit-neveu de William Swift en quelques heures seulement », assure-t-on au Mémorial. Une partie de l’histoire du soldat a aussi pu être établie. « Originaire d’une famille d’ouvriers de Liverpool, William Swift s’est probablement engagé dès 1914 en mentant sur son âge », explique le Mémorial. Il a été enrôlé dans le Royal Lancaster Regiment et a été envoyé en France pour y combattre à l’été 1916. Son régiment est passé par Nœux-les-Mines, près de Lens, qui était alors un lieu de cantonnement. C’est à ce moment que le jeune homme a caché ses lettres.

William Swift a finalement été tué le 9 mai 1917, à l’est de Monchy-le-Preux, près d’Arras. Il n’était âgé que de 19 ans. Sa tombe a facilement été retrouvée dans le cimetière militaire britannique de Tilloy-lès-Mofflaines où il repose depuis 104 ans.