Bretagne : « Ça fait du bien au corps et à la tête »… Les mamies veulent taper dans le ballon

SPORT SANTE L’association Footeuses à tout âge a lancé une cagnotte en ligne pour organiser un stage pour les femmes de 50 ans et plus dans le Finistère cet automne

Jérôme Gicquel

— 

L'association Footeuses à tout âge veut rendre accessible la pratique du foot aux femmes seniors.
L'association Footeuses à tout âge veut rendre accessible la pratique du foot aux femmes seniors. — Association Footeuses à tout âge
  • La belle aventure des « mamies foot » née à l’été 2019 se poursuit grâce à Footeuses à tout âge.
  • L’association veut rendre accessible la pratique du football aux femmes seniors.
  • Une cagnotte en ligne a été lancée pour organiser un stade cet automne à Quimper.

Elle n’avait jamais tapé dans un ballon de sa vie. Entourée de « footeux » dans sa famille, Marie-France Gosselet a franchi le pas à l’âge de 56 ans. C’était le 19 juin 2019 à Saint-Étienne, en pleine Coupe du monde féminine qui se tenait en France. Sélectionnées dans des résidences pour seniors, des mamies françaises avaient chaussé les crampons pour se mesurer à une équipe de grands-mères sud-africaines. Peu importe le résultat, l’aventure des « mamies foot » était née.

Pour que l’élan continue, l’association Footeuses à tout âge a vu le jour dans la foulée. Elle compte aujourd’hui une quinzaine de membres réparties dans toute la France avec un noyau dur en Bretagne. Chaque semaine, ces mamies âgées de 50 ans et plus – mais « qui s’en footent de leur âge » – s’entraînent avec les enfants de clubs de foot des environs.

Les bienfaits du football pour la santé

Présidente de l’association, Marie-France Gosselet tâte ainsi le cuir tous les samedis avec les jeunes de Pleuven (Finistère) ou avec les licenciées de la section féminine de Quimper. Même si la crise sanitaire la contraint pour l’instant dans ses déplacements, elle ne louperait les séances d’entraînement pour rien au monde. « Cela fait du bien de se bouger et de se remettre à l’effort, indique-t-elle. Et quand on est sur le terrain, on ne pense plus qu’à taper dans le ballon. Ça fait du bien à la fois au corps et à la tête ».

Comme Marie-France Gosselet, qui perçoit une pension d’invalidité pour cause de fibromyalgie, beaucoup de ces « mamies foot » ont découvert les bénéfices du football pour la santé après avoir été confrontées à la maladie ou à des coups durs de la vie. « Les cabossées, elles osent », sourit la quinquagénaire. Avec ses collègues footeuses, elle essaie désormais de convertir le plus de femmes possible au ballon rond. « On n’est pas dans l’idée de compétition mais dans quelque chose de très ludique, on s’éclate à jouer avec les enfants », assure-t-elle.

Une cagnotte en ligne pour financer un stage à Quimper

Affiliée à la Fédération sportive et culturelle de France, la Fédération Française de Football n’ayant jamais donné suite à leur demande, l’association Footeuses à tout âge tente ainsi de nouer des partenariats avec des clubs locaux acceptant d’accueillir des mamies afin qu’elles puissent s’entraîner avec les enfants. « Il y en a aujourd’hui huit mais on espère que leur nombre va vite augmenter », souligne sa présidente.

En parallèle, les footeuses planchent également sur l’organisation d’un stage pour initier une vingtaine de femmes âgées de 50 ans et plus aux joies du football. Pour les aider à financer cet événement, prévu cet automne à Quimper, elles ont lancé il y a quelques jours une cagnotte en ligne. « Il faut que l’on rattrape notre retard car aux États-Unis, en Afrique du Sud, en Lituanie ou en Espagne, le football féminin senior est bien plus développé ».