Déconfinement : Comment la SNCF veut à nouveau attirer les voyageurs

TRANSPORTS Si vous n'avez encore rien prévu pour les ponts de mai, c'est le moment de prendre vos billets de train 

M.A.

— 

TGV Océane en gare Saint-Jean à Bordeaux, le 11 juillet 2018.
TGV Océane en gare Saint-Jean à Bordeaux, le 11 juillet 2018. — M.Bosredon/20Minutes
  • La France entame la première phase de son déconfinement, ce lundi, avec la réouverture des collèges et des lycées et la fin de l’interdiction de déplacements à plus de 10 kilomètres de son domicile.
  • Les déplacements entre régions étant de nouveau autorisés, la SNCF a annoncé le renforcement de son service, avec la reprise d’un trafic quasiment normal.
  • Multiplication des trains, tarifs très avantageux, conditions de remboursements… La SNCF a dévoilé son plan pour attirer de nouveau les voyageurs dans les prochaines semaines, notamment pour les ponts de l’Ascension et de la Pentecôte.

Qui dit déconfinement, dit reprise des déplacements. Ce lundi 3 mai signe la réouverture des collèges et des lycées, mais aussi la fin de l’interdiction des déplacements entre les régions. Une bonne nouvelle pour tous les Français qui étaient impatients de repartir en week-end.

Tarifs alléchants, multiplication des trains, conditions de remboursements… 20 Minutes fait le point sur les mesures prises par la SNCF pour attirer de nouveau les voyageurs.

Le trafic ferroviaire va-t-il reprendre totalement ?

A partir de ce lundi 3 mai, la SNCF va renforcer son service, notamment en vue du week-end de l’Ascension et de la Pentecôte, a annoncé le groupe dans un communiqué publié ce lundi. « Aujourd’hui, vous avez à peu près quatre TGV sur dix qui circulent, mobilité réduite oblige, (…) un Intercités sur deux et puis huit TER sur dix. Dès le 3 mai, nous remontons cette offre de transport pour que les Français puissent voyager », avait expliqué le PDG de SNCF Voyageurs, Christophe Fanichet, sur Europe 1 la semaine dernière.

La SNCF prévoit huit TGV sur 10 le week-end du 7 mai et « pratiquement tous » pendant les ponts de mai, Ascension et Pentecôte, en particulier sur le Sud-Est et la côte Atlantique, a-t-il ajouté. Le groupe prévoit neuf TER sur dix en moyenne et trois Intercités sur quatre. Si les réservations sont ouvertes pour les prochaines semaines, les voyageurs peuvent également prendre leurs billets pour les vacances d’été. « Les Français ont envie de bouger », avait-il résumé, notant que le rythme des réservations reprenait « progressivement ». « On va accompagner cette envie de train », avait-il souligné.

La SNCF a-t-elle prévu des offres de tarifs ?

A partir de ce lundi, la SNCF va mettre en ligne 5 millions de billets à 39 euros maximum. « Vendus du 3 au 19 mai, ils seront répartis selon les destinations et utilisables jusqu’au 29 août sur les Ouigo, les Inoui et les Intercités. Cette opération a pour but d’aider les Français à se projeter dans leurs vacances en France, dans 3.000 destinations. Sur la période, cela représente une place de TGV sur quatre à ce prix », a précisé le PDG de SNCF Voyageurs auprès du Parisien, ce lundi. Mais une bonne nouvelle n’arrive jamais seule. Jusqu’au 29 août, tous les enfants de moins de 12 ans pourront voyager sur toutes les destinations au prix unique de 8 euros.

Et pour inciter les Français à prendre le train, la SNCF a réactivé sa promotion du mercredi matin. Dès le 5 mai, le groupe relance l’opération « Un mercredi oh oui ! », qui permet aux voyageurs d’acheter les billets à petits prix qui sont encore disponibles pour le week-end. « Les clients n’auront plus à taper une à une toutes les destinations sur Oui. sncf pour retrouver les petits prix, cette sélection de trajets sera mise en exergue sur le site », a précisé Christophe Fanichet auprès de nos confrères.

Une nouvelle qui devrait réjouir les amateurs de Ouigo. La SNCF a ajouté quatre nouvelles villes à la liste des destinations desservies par ses trains low cost : Quimper, Auray, Vannes et Lorient. Ces trains circuleront du 3 juillet au 29 août, mais il est possible de réserver dès ce mardi 4 mai. « Plus de 40.000 billets sont disponibles à partir de 19 euros pour les vacances d’été sur ces nouvelles destinations et au prix fixe de 5 euros pour les enfants », explique la SNCF dans son communiqué.

Les conditions de remboursements sont-elles les mêmes que pendant la crise ?

Depuis le début de la crise sanitaire, les billets de TGV étaient tous remboursables ou échangeables, sans conditions, jusqu’au départ du train. Désormais, la règle change un tout petit peu. Il sera toujours possible d’échanger ou de se faire rembourser, à condition de le faire trois jours avant le départ. « Certains prenaient plusieurs billets et annulaient au dernier moment. Ça veut dire que vous n’étiez pas sûrs d’avoir une place. Notre objectif, c’est que les Français puissent avoir chacun un billet », a détaillé Christophe Fanichet sur Franceinfo, ajoutant : « C’était une attente des Français qui souhaitent pouvoir changer au dernier moment, pouvoir prendre leur billet sans aucune contrainte. »

Parallèlement, la SNCF a indiqué qu’elle renonçait à la surréservation. Cette pratique, qui permettait de voyager debout, sur un strapontin, ou les places réservées laissées vacantes, ne sera plus possible. « Je sais que cette mesure sera critiquée car certains étaient prêts à payer coûte que coûte pour voyager dans un train complet. La majorité de nos voyageurs étaient contents de trouver un billet mais une fois dans le train, mécontents de ne pas pouvoir s’asseoir », a-t-il justifié.