« Travel shaming » : Pourquoi des instagrameurs n’osent plus partager leurs photos de vacances

RÉSEAUX SOCIAUX Découvrez, chaque semaine, une information de notre partenaire L’ADN. Aujourd’hui, focus sur la tendance à ne plus révéler ses sorties sur Instagram

20 Minutes avec L'ADN

— 

Jeune fille prenant un « selfie »
Jeune fille prenant un « selfie » — © Apostolos Vamvouras / Unsplash
  • De nombreux voyageurs déclarent s’autocensurer sur les réseaux pour éviter les réactions négatives, selon notre partenaire L’ADN.
  • Certains préfèrent carrément bloquer leurs collègues pour éviter les réprimandes sur Zoom le lundi matin.

Alors que la date de la levée des restrictions de déplacement est fixée au 3 mai, vous envisagez peut-être de partir prendre l’air à la mer ou de vous mettre au vert. Mais oserez-vous poster des photos de vos vacances sur les réseaux ? Pas sûr.

Une vague de travel shaming sur les réseaux sociaux

Après un an de pandémie, trois confinements et des mesures qui vont et viennent, les photos de plages paradisiaques, de cocktails en terrasse et de soirées entre amis ont presque disparu d’Instagram. Et lorsqu’on en croise encore, elles ont une tout autre saveur, plutôt amère.

De l’autre côté de l’Atlantique, on parle déjà d’un phénomène de « travel shaming ». Même dans le respect le plus stricts des règles sanitaires, certains déplacements irritent. Surtout quand ils impliquent mer et soleil.

Poster ou ne pas poster ?

Pour éviter les réactions négatives, de plus en plus de voyageurs déclarent s’autocensurer sur les réseaux. Matt Long, bloggeur et podcasteur américain, affirme au Washington Post avoir considérablement réduit le volume de ses posts sur Instagram. Plutôt que de se restreindre, certains préfèrent carrément bloquer leurs collègues pour poster tranquille leurs images de week-end. Objectif : éviter les réprimandes sur Zoom le lundi matin. Désormais, la règle tacite du « pas de photo sur les réseaux » s’impose lors des réunions entre amis.

Serait-il désormais mal vu de s’afficher en voyage ? © Ignacio Amenabar/Unsplash

La comparaison sur les réseaux sociaux puissance 1.000

Les réseaux sociaux et particulièrement Instagram ont souvent été pointés du doigt pour leur capacité à nous comparer aux autres et nous rendre malheureux. En pleine pandémie, ce pouvoir se décuple et s’inverse. Au lieu de nous miner le moral, chaque selfie au bord de l’eau devient une preuve de notre probité confinée.

L’article original a été rédigé par Alice Huot et publié sur le site L’ADN.