L’Etat s’engage à débourser plus de quatre milliards d’euros pour la LGV Bordeaux-Toulouse

JACKPOT Cette annonce de Jean Castex arrive après une grosse colère des élus locaux et rapproche considérablement la Ville rose de Paris

Hélène Ménal

— 

Un TGV reliant Paris à Bordeaux (illustration).
Un TGV reliant Paris à Bordeaux (illustration). — UGO AMEZ/SIPA
  • Jean Castex vient de confirmer que l’Etat injectera 4,1 milliards d’euros dans la ligne à grande vitesse entre Bordeaux et Toulouse et demandera l’apport de 2 milliards supplémentaires de fonds européens.
  • Cette officialisation arrive trois jours après le « coup de gueule » de Carole Delga (PS) et Jean-Luc Moudenc (LR).
  • La présidente de la région Occitanie et le maire de Toulouse s’étaient offusqués après l’annonce du financement d’une nouvelle ligne entre Marseille et Nice, dont le dossier est beaucoup moins avancé.

La ligne à grande vitesse (LGV) reliant Bordeaux à Toulouse et mettant la Ville rose à un peu plus de trois heures de Paris (contre 4h20 en moyenne actuelement) n’a jamais été aussi bien embarquée. Jean Castex vient en effet de promettre par courrier que l’Etat va mettre lestement la main à la poche.

Cette annonce vient après la colère exprimée dimanche, et de concert, par Carole Delga, présidente socialiste de la région Occitanie et Jean-Luc Moudenc, le maire LR de Toulouse et président de la métropole. Les deux élus venaient de découvrir que l’Etat allait largement financer la Ligne Nouvelle Provence – Côte d’Azur (LNPCA, entre Marseille et Nice), bien moins avancée techniquement que le très longtemps attendu Grand projet ferroviaire Sud-Ouest (GPSO), qui comprend aussi la liaison rapide entre la capitale girondine et Dax. La LGV Bordeaux-Toulouse est notamment déclarée d’utilité publique depuis 2016 et la population a été consultée dans ce cadre précis. Ce qui n’est pas le cas de la LNPCA.

Une pétition lancée lundi

En résumé, Carole Delga et Jean-Luc Moudenc, relayés depuis lundi par une pétition lancée par le quotidien régional La Dépêche du Midi, demandaient fermement au gouvernement de « garantir l’équité territoriale ». Message reçu donc avec ce courrier de Jean Castex daté du mardi 27 avril et arrivé ce mercredi chez les deux élus. Le Premier ministre y confirme donc « un engagement de l’Etat de 4,1 milliards d’euros [hors branche Bordeaux-Dax] », soit autant que le financement des collectivités locales concernées. Il ajoute qu’il va demander à l’Union européenne de contribuer au projet à hauteur de 20 % du montant global (comprenant aussi les aménagements ferroviaires au nord de Toulouse et au sud de Bordeaux) ce qui représente une manne supplémentaire de 2 milliards d’euros.

Jean Castex s’engage enfin à donner les outils législatifs aux collectivités pour qu’elles puissent créer « une société publique locale de financement », pour réunir les fonds concernant la grosse part dont elles devront elles-mêmes s’acquitter.

« Après des années de mobilisation, c’est avec beaucoup de satisfaction pour notre territoire et les habitants que nous accueillons les engagements de Jean Castex, ont réagi dans un communiqué commun Carole Delga et Jean-Luc Moudenc. Ce résultat est le fruit d’un travail important et du rassemblement, par-delà les clivages politiques »