Coronavirus : Non, une BD de l'Union européenne n'avait pas prédit l'épidémie

FAKE OFF Cet ouvrage de 2012 alimente des thèses complotistes 

Alexis Orsini

— 

Des enfants lisant une BD (illustration).
Des enfants lisant une BD (illustration). — Pexels
  • Et si l'épidémie de Covid-19 avait été écrite de longue date ? Ou, plus précisément, dessinée dans une BD commandée par l'Union européenne ?
  • C'est ce qu'affirment certains internautes en relayant des extraits d'Infected, un ouvrage publié en 2012 dans lequel un homme venu du futur tente d'empêcher la propagation d'un virus mortel pour l'homme. 
  • Si ces « coïncidences » paraissent troublantes aux yeux de certains, l'ouvrage, imaginé par le scénariste Jean-David Morvan, s'appuyait simplement sur les connaissances scientifiques de l'époque, comme il l'explique à 20 Minutes

Si vous doutiez encore que la pandémie de Covid-19 a été planifiée par de grandes puissances en vue de servir leurs intérêts politico-financiers, la lecture d’une bande dessinée réalisée pour le compte de  l'Union européenne il y a une dizaine d’années devrait définitivement vous faire changer d’avis.

Un tweet viral entend en tout cas dénoncer ce prétendu scandale : « Quand on apprend que l’Union européenne, plusieurs années avant le Covid-19, avait financé une bande dessinée intitulée sobrement Infected où vous avez quelqu’un qui arrive du futur et prévient les commissaires de l’UE qu’un vaccin va arriver de… Wuhan ». En guise de source, le message relaie l'extrait d’une intervention de l’influent blogueur Pierre Jovanovic auprès du site complotiste France-Soir, dans laquelle il brandit des pages de cet ouvrage.

Mais si cette BD existe bel et bien, elle ne fait aucune mention de Wuhan. Et elle n’a pas non plus prédit la pandémie de Covid-19, comme une simple lecture de cette trentaine de pages, disponibles sur un site de l’Union européenne depuis le début de l’année 2012, permet de le constater.

FAKE OFF

Dans Infected, le célèbre scénariste Jean-David Morvan et le dessinateur Huang Jia Wei mettent en scène l’apparition, en 2006, dans un laboratoire P4 de haute sécurité où sont étudiés des virus, d’un visiteur venu de l’année 2111.

Celui-ci surgit dans cette installation située à Pékin (et non à Wuhan) pour changer le cours de l’Histoire en évitant l’émergence d’un nouveau virus transmis à l’homme par un singe. Virus qui va causer près d’un milliard de morts et entraîner la mise en place d’une société cloisonnée, où les hommes sont séparés les uns des autres, après avoir été tenus à l’écart des animaux pour éviter toute nouvelle zoonose. Quitte à accroître ainsi les facteurs propices à l’émergence de ce type d’épidémie, tels que la pollution et la destruction de la faune sauvage…

Contacté par 20 Minutes, Jean-David Morvan confie qu’il avait « un peu oublié cette BD » réalisée en « moins d’un an », et ne pas y avoir lui-même repensé à l’apparition du Covid-19 : « Ca m'est retombé dessus y a quelques mois quand j’avais été contacté par un journaliste anglais et un journaliste indien à ce sujet. »

« J’avais découvert ce projet grâce à un grand illustrateur belge, un copain, qui m'avait dit : "J'ai ce plan pour faire un truc avec la Commission européenne, est-ce que ça ça te dit?" J’ai dit oui car c’est toujours intéressant d’apprendre de nouvelles choses, une rencontre a eu lieu et on en parlé. La Commission européenne voulait distribuer la BD dans les écoles, en expliquant ce que pourrait être une pandémie à venir, et leur métier, les moyens d’essayer d’empêcher ça », se souvient le prolifique scénariste, connu notamment pour son travail sur Sillage ou encore Spirou et Fantasio.

Les dernières pages de l’ouvrage délivrent ainsi plusieurs informations factuelles sur les zoonoses, l’épidémie d’Ebola survenue quelques années plus tôt, ou encore sur les laboratoires P4, conformément à l'esprit de cette BD que l’UE présente comme « une histoire fictive mais contenant malgré tout des informations factuelles ».

Une intrigue qui se déroule en Chine pour faciliter le travail... du dessinateur

« L’intrigue se passe en Chine tout simplement parce que le dessinateur, Huang Jia Wei, vivait à Pékin et que c’était plus simple pour lui de dessiner ce type de décors ! Je suis flatté qu'on pense que j’ai imaginé la pandémie de Covid-19 mais ce n’est pas le cas », s’amuse pour sa part Jean-David Morvan, qui regrette simplement d’avoir reçu un seul exemplaire de la BD, finalement diffusée en ligne.

« J'ai eu toute liberté pour concevoir le scénario, qui ressemble un peu à celui de L'armée des 12 singes avec cette idée de voyage dans le temps : ce n’est pas du tout réaliste, mais le contexte d'épidémies possibles à l’époque, avec Ebola et le H1N1, l’est » conclut Jean-David Morvan, dont l’une des dernières BD, Madeleine, résistante retrace une histoire vraie : celle de la résistante Madeleine Riffaud.