Coronavirus : Le « think tank » Terra Nova propose des pistes pour lutter contre le décrochage des jeunes

COVID-19 Le « think tank » proche du centre gauche plaide pour « un effort accru de formation » à l’intention de ces jeunes, au plus près d’eux, « dans leurs territoires », grâce au numérique

20 Minutes avec AFP

— 

Selon l'étude de Terra Nova, 13,5% des jeunes âgés de 15 à 29 ans ne sont ni en études, ni en emploi, ni en formation (illustration)
Selon l'étude de Terra Nova, 13,5% des jeunes âgés de 15 à 29 ans ne sont ni en études, ni en emploi, ni en formation (illustration) — Ludovic MARIN / AFP

Un déploiement massif de l’apprentissage en s’appuyant sur le numérique pour des formations à distance souples : le centre de réflexion Terra Nova lance des pistes dans un rapport publié mercredi pour lutter contre le décrochage des jeunes frappés par la crise du Covid-19.

« Le paradoxe de la pandémie est que les jeunes auront été à la fois physiologiquement les plus protégés contre le virus et socialement les plus exposés aux ravages économiques qu’il a engendrés », est-il écrit dans ce rapport intitulé « Agir pour la réussite des jeunes en difficulté ».

Développer l’apprentissage

« Le spectre d’une "génération Covid" est bien présent », déplorent les auteurs, Olivier Faron, du Conservatoire national des arts et métiers et Marc-François Mignot Mahon, président de Galileo Global Education, un leader européen de l’enseignement supérieur privé.

« La pandémie est venue renforcer des difficultés déjà sensibles : 13,5 % des jeunes âgés de 15 à 29 ans ne sont ni en études, ni en emploi, ni en formation », notent-ils, citant une étude de l’Insee sortie en mars. Le risque de décrochage est augmenté par « les difficultés vécues par les jeunes en formation durant le confinement ».

Terra Nova, un « think tank » proche du centre gauche, plaide pour « un effort accru de formation » à l’intention de ces jeunes, au plus près d’eux, « dans leurs territoires », grâce au numérique.

« Mettre des jeunes ayant connu des échecs au cours de leur formation initiale en situation de réussite dans une entreprise, c’est non seulement possible mais souhaitable car les leviers facilitateurs existent », estiment les auteurs. Le premier est l’apprentissage, « dont les marges de développement sont encore nombreuses ».

« Méthodologies des boot camps »

Pendant la crise, l’apprentissage a profondément évolué, souligne Terra Nova. « Beaucoup de centres de formation d’apprentis sont passés de 0 % à 100 % de distanciel ». « La digitalisation des formations permet aujourd’hui de créer des classes partout, au plus près des besoins des entreprises et du domicile des apprenants », estiment les auteurs.

« La crise du Covid a accéléré la digitalisation. On a peut-être gagné 10 à 15 ans » , a assuré Marc-François Mignot Mahon. « Désormais on sait faire une école de coiffure en ligne, aussi performante qu’en présentiel », relève-t-il. Terra Nova met aussi en avant « les méthodologies des boot camps » ou classes intensives, afin de doter en quelques jours ou semaines le jeune des compétences utiles dès son entrée dans l’entreprise.

Les auteurs plaident aussi pour des groupements d’entreprise, afin qu’un jeune puisse faire son apprentissage dans plusieurs entreprises. « C’est en période de crise, lorsque les ressources viennent à manquer, qu’il est le plus nécessaire d’investir dans la formation, unique véritable pilule antichômage », affirme Terra Nova.