Angers : Ouverte en 1856, la prison surchargée et vétuste va (enfin) être transférée

PRISON Un nouvel établissement pénitentiaire, plus grand, doit ouvrir à Trélazé (Maine-et-Loire) d’ici à 2027

Julie Urbach
— 
La prison d'Angers, en 2016
La prison d'Angers, en 2016 — JS Evrard / AFP
  • Promis depuis longtemps mais toujours repoussé, le transfert de la maison d'arrêt d'Angers est sur les rails.
  • Un moyen de résoudre un problème de surpopulation, mêlé à des conditions de détention jugées indignes.

Elle a été inaugurée en 1856, soit il y a 165 ans… La maison d'arrêt d'Angers, décrite comme délabrée et vétuste, va bel et bien quitter le centre-ville pour être transférée à Trélazé, une commune de l’est de l’agglomération, annoncent ce mardi les élus du territoire angevin. Ce projet de nouvelle maison d’arrêt, promis depuis longtemps mais toujours repoussé, fait partie des huit nouvelles opérations en la matière annoncées ce mardi par le premier ministre Jean Castex.

La livraison de ce nouvel établissement pénitentiaire, qui proposera 850 places, est prévue à l’horizon 2027. L’objectif est notamment de résoudre le problème de surpopulation auquel la maison d’arrêt, qui compte moins de 300 places actuellement, est fréquemment confrontée. Mais aussi de mettre un terme à des conditions de détention «indignes» plusieurs fois relevées par le contrôleur des lieux de privation de liberté. « Les cellules, toutes doubles, sont très exiguës (8,80 m2), sombres, peu ventilées, dégradées, sans eau chaude et sous-équipées en mobilier, décrivait un rapport publié en 2019, comme relevé par Ouest-France. Un tiers d’entre elles ont encore des sols en ciment brut, qu’il est impossible d’entretenir correctement. » En 2018, il parlait d’un taux d’occupation à 160 %.

La prison d'Angers.
La prison d'Angers. - JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP

Un centre d’art contemporain à la place

Dans un communiqué commun, les élus du territoire se félicitent de cette annonce, d’autant que le nombre de places prévu dans le bâtiment est supérieur aux espérances. « La réalisation d’une nouvelle maison d’arrêt est une excellente nouvelle sur le plan économique pour notre territoire, à la fois en raison des investissements importants que ce projet représente et par les emplois directs et indirects qu’il va créer, écrivent-ils. L’annonce du ministre de la Justice conforte par ailleurs le projet de centre d’art contemporain que la ville d’ Angers souhaite implanter sur le site de l’actuelle prison une fois celle-ci transférée. » Depuis 1997, la prison est inscrite aux monuments historiques pour ses parties intérieures.