Ille-et-Vilaine : Un budget inégalé pour créer un vaste réseau vélo départemental

MOBILITES Un tiers des investissements du conseil départemental en faveur des mobilités sera consacré aux aménagements cyclables

Camille Allain

— 

Un vélo posé le long du canal, dans la vallée de la Vilaine.
Un vélo posé le long du canal, dans la vallée de la Vilaine. — C. Allain / APEI / 20 Minutes
  • Le conseil départemental d’Ille-et-Vilaine va consacrer un tiers de son budget mobilités à la réalisation d’aménagements cyclables, soit 70 millions d’euros.
  • La collectivité souhaite encourager le recours au vélo pour les déplacements de moins de dix kilomètres.
  • Des travaux importants sont prévus dans des zones rurales mais aussi près du littoral pour relier Saint-Malo et Dinard.

Ils avaient promis cinquante millions d’euros. Ils devraient finalement opter pour une enveloppe à plus de 70 millions. Réunis pour la dernière assemblée du mandat ce jeudi et vendredi, les élus du conseil départemental d’Ille-et-Vilaine devraient voter en faveur d’un ambitieux plan de développement des aménagements cyclables. Jamais la collectivité n’avait dépensé autant en faveur des mobilités douces. Et jamais un département français n’avait consacré une telle part de son budget au vélo. « C’est un tiers de notre budget mobilités », assure son président Jean-Luc Chenut (PS).

Les pessimistes verront que le budget alloué aux aménagements routiers reste largement supérieur, avec 130 millions d’euros pour les projets de contournement et de rénovation des grands itinéraires et des réseaux secondaires. Les optimistes se rappelleront que lors du précédent mandat, seuls six millions d’euros avaient été consacrés à la cause cyclable.

Annoncée l’été dernier, la première enveloppe de 50 millions d’euros a déjà trouvé preneur. Plusieurs collectivités ont manifesté leur intérêt pour obtenir ces crédits en vue de créer un vaste « réseau vélo départemental ». La carte des aménagements à venir (voir ci-dessous) permet cependant de relativiser le terme de « réseau ». Il s’agira avant tout de réaliser des portions aujourd’hui mal dotées en équipements cyclables. « Nous voulons nous concentrer sur des axes structurants et pas sur de petits aménagements », promet Jean-Luc Chenut.

La carte des aménagements cyclables déjà prévus en Ille-et-Vilaine d'ici 2025.
La carte des aménagements cyclables déjà prévus en Ille-et-Vilaine d'ici 2025. - CD35

Débarrassée des investissements lourds comme la Rennes Redon ou la Rennes Angers, la collectivité souhaite investir dans la bicyclette. « Il y a une demande forte de la part des habitants. Nous voulons être un département d’excellence pour les aménagements cyclables », promet son vice-président André Lefeuvre.

On notera la réalisation de projets attendus comme la liaison douce entre Saint-Malo et Dinard, qui engloutira à elle seule six millions d’euros pour franchir le barrage de la Rance en toute sécurité. Ou encore les liens des communes périphériques avec Rennes à l’image des itinéraires en provenance de Châteaugiron, Melesse, la Mézière ou Liffré. « Nous n’avons plus la compétence pour intervenir sur le territoire de la métropole rennaise. Mais nous fonctionnerons par subventions, à hauteur de 10 millions d’euros pour œuvrer à une meilleure connexion entre les territoires et la ville centre », promet Jean-Luc Chenut. L’objectif est clair : diminuer le nombre de voitures solo sur les routes déjà encombrées.

A quelques mois des élections départementales (si tout va bien), cette dernière session sera aussi l’occasion d’acter une enveloppe supplémentaire de 22 millions d’euros pour les communes n’ayant pas encore répondu à l’appel. « Nous savons qu’il y aura un effet d’entraînement et d’émulation », promettent les élus.