Nantes : Des protections périodiques bio et gratuites arrivent dans les cités U

SOLIDARITE Vingt distributeurs sont en cours d'installation pour les étudiantes de la région des Pays-de-la-Loire

J.U.

— 

Une étudiante dans une cité universitaire à Toulouse.
Une étudiante dans une cité universitaire à Toulouse. — FRED SCHEIBER / 20 MINUTES

Alors que le gouvernement a promis la gratuité des protections périodiques pour les étudiantes dès la rentrée universitaire, ça bouge déjà dans certaines cités universitaires. A Nantes, des distributeurs de serviettes et de tampons sont en cours d’installation dans les halls de six d’entre elles (Bourgeonnière, Fresche-Blanc, Launay-Violette, Chanzy, Casterneau et Berlioz), annonce le Crous. Un autre a été installé au sein du service social.

Dans la région des Pays-de-la-Loire, 14 autres points de distribution seront opérationnels dans quelques jours, dans différents « lieux de vie » et résidences gérés par le Crous. L’objectif est d’offrir quelque 80.000 protections intimes aux étudiantes.

Marque française

Pour cette action en faveur de la lutte contre la précarité menstruelle, c’est la marque française Les petites choses qui a été sélectionnée. L’entreprise fabrique des serviettes et tampons en coton 100 % bio et sans perturbateurs endocriniens. Elle rapporte avoir également été choisie par la région Ile-de-France qui distribuera gratuitement aux lycéennes plus d’un million de ses protections.