Coronavirus : Le prix du vaccin Pfizer va-t-il augmenter après la pandémie ?

FAKE OFF Cette éventualité a été dénoncée par Fabien Roussel, secrétaire national du PCF, lors d’un entretien accordé à BFMTV ce lundi

Tom Hollmann

— 

Un flacon du vaccin de Pfizer-BioNTech (Illustration)
Un flacon du vaccin de Pfizer-BioNTech (Illustration) — Nicola Marfisi/AGF/SIPA
  • Invité sur le plateau de BFMTV, le secrétaire national du PCF, Fabien Roussel, a présenté un document selon lequel le prix de la dose du vaccin anti-Covid augmenterait dans les prochains mois.
  • Dans cette retranscription écrite d’une visioconférence datant de février 2021, que 20 Minutes a pu consulter, le directeur financier de Pfizer, Frank A. D’Amelio, explique que la dose de vaccin est actuellement vendue à un prix anormalement bas aux Etats, et qu’il pourra être amené à augmenter après la pandémie.
  • Pfizer France, qui a confirmé l’authenticité de la retranscription auprès de 20 Minutes, précise que ce document n’a pas de valeur officielle, mais qu’une mise à niveau du prix du vaccin « à hauteur des prix du marché » est envisageable dans les mois à venir. Cette augmentation ne se ferait toutefois pas sans l’accord des gouvernements des Etats concernés, assure le laboratoire.

De nombreuses voix s’élèvent, depuis plusieurs mois, pour demander la levée des brevets sur les vaccins contre le Covid-19, ainsi qu’une accélération de la production des doses et le maintien de prix abordables. Parmi elles, le secrétaire national du Parti communiste Français, Fabien Roussel, a voulu dénoncer, document à l’appui, l’augmentation à venir du prix de la dose envisagée par le laboratoire Pfizer.

« On peut parler du scandale de Pfizer ? », a-t-il demandé ce lundi, brandissant sur le plateau de BFMTV un document retranscrivant des discussions internes entre la direction du laboratoire et ses investisseurs. « Ils révèlent, dans ce document, que le prix du vaccin va continuer à augmenter, et qu’il pourrait aller jusqu’à un prix normal, qui est de 150 dollars la dose », affirme Fabien Roussel, pour qui la firme « va se faire des montagnes d’or » grâce à la manœuvre.

Dit-il vrai ?

FAKE OFF

20 Minutes a pu consulter le document de 23 pages relayé par Fabien Roussel sur BFMTV.  Disponible en source ouverte et daté du 2 février 2021, il retranscrit une visioconférence entre la direction du laboratoire pharmaceutique Pfizer et ses actionnaires (JP Morgan, Goldman Sachs, UBS…) à l’occasion de la publication des résultats du quatrième trimestre 2020 de l’entreprise.

En page 19 de ce document, un représentant de la Bank of America a questionné le directeur financier de Pfizer, Frank A. D’Amelio, sur les marges qui se dégageront du vaccin contre le Covid-19 à mesure que les chaînes de production vont évoluer. En guise de réponse, Frank D’Amelio rappelle que la dose de vaccin se négociait à un tarif exceptionnel, dû à la pandémie : « Le prix que nous avons publié est celui que nous avons négocié avec les Etats-Unis de 19.50 $. Evidemment, cela ne correspond pas au prix normal que nous obtenons généralement pour un vaccin, qui est de 150 $ à 175 $ la dose. » Entre huit et neuf fois plus cher.

« Maintenant, voyons plus loin que cet environnement dans lequel la pandémie fixe les prix, poursuit le directeur financier. Il est évident que nous allons nous concentrer sur la tarification. Plus nous produirons dans nos usines, moins la dose coûtera cher. Il y a donc clairement une opportunité de faire augmenter nos marges à mesure que nous sortirons de cet environnement pandémique dans lequel nous nous trouvons. »

Une mise à niveau à hauteur des prix du marché

Joint par 20 Minutes, le service de presse de Pfizer France a souhaité préciser les propos tenus lors de cette visioconférence : « Cette discussion n’a pas de valeur officielle, il ne faut pas y voir une annonce de l’augmentation des prix de la dose de vaccin contre le Covid-19, qui sont par ailleurs confidentiels et n’ont pas été publiés. »

Si l’augmentation n’est pas à l’ordre du jour dans un futur immédiat, on reconnaît toutefois du côté du laboratoire pharmaceutique que la tarification de la dose pourra « être mise à niveau à hauteur des prix du marché après la période pandémique, mais que cette augmentation ferait toujours l’objet de négociations auprès des gouvernements des Etats. » Contactée, la Commission européenne, qui a négocié les contrats avec les laboratoires, n’a pas souhaité émettre de commentaire, ces accords étant confidentiels.

« Cette révélation est la preuve de la nécessité d’obtenir rapidement des mécanismes de régulation des prix efficaces, sinon les seuls gagnants de cette sortie de pandémie seront les laboratoires pharmaceutiques », réclame Fabien Roussel auprès de 20 Minutes.

Jeudi 15 avril, des lauréats du prix Nobel et d’anciens chefs d’Etat, dont l’ancien président François Hollande, ont appelé le président américain Joe Biden à se rallier à une proposition de levée temporaire des brevets sur les vaccins contre le Covid-19 initiée par l’Inde et l’Afrique du Sud. « Ce sont encore les Etats-Unis qui vont sauver le monde, regrette Fabien Roussel. J’aimerais, pour une fois, qu’Emmanuel Macron entende raison et prenne une décision d’utilité publique. »