Finistère : Cinq jeunes campeurs verbalisés pour s’être faits prisonniers sur un îlot

CAMPING PARADIS Les gendarmes n'ont pas pu intervenir en raison de la marée montante

C.A. avec AFP

— 

Des jeunes campeurs ont été verbalisés par la gendarmerie pour avoir posé leur tente sur un îlot de Guisseny, dans le Finistère.
Des jeunes campeurs ont été verbalisés par la gendarmerie pour avoir posé leur tente sur un îlot de Guisseny, dans le Finistère. — Gendarmerie nationale

C’est un petit îlot niché à quelques encablures du village de Guissény, dans le nord duFinistère. Un bout de caillou accessible à marée basse où cinq jeunes ont jugé bon de s’aventurer pour passer la nuit vendredi. Agés de 14 à 17 ans, ils ont bravé le couvre-feu pour planter leur tente sur le petit îlot, sous les yeux des gendarmes. Ces derniers ne sont pas intervenus pour les déloger et les ramener à leurs parents, en raison de la marée montante. Les cinq Robinsons ont été verbalisés à leur retour à terre.

La compagnie de Brest évoque « une situation quelque peu rocambolesque » pour décrire cette intervention pas banale. « Ce samedi matin, il a été mis fin à cette occupation illégale du domaine maritime par l’intervention des gendarmes accompagnés du maire qui ont embarqué dans un moyen nautique de la SNSM », expliquent les gendarmes.

« Pas de danger immédiat »

Le vendredi, ils avaient été avertis de la présence de plusieurs jeunes sur cet îlot situé à environ 200 m de la côte. La marée montante ayant isolé le petit espace naturel, les gendarmes ont décidé de ne pas intervenir. « Les personnes n’étant pas en danger immédiat, les services de secours ne sont pas engagés », explique la compagnie.

Les cinq mineurs, qui ont indiqué se trouver en confinement en Bretagne et avoir eu l’accord de leurs parents pour passer la nuit sur l’îlot, ont été verbalisés pour ne pas avoir respecté les mesures du couvre-feu. Ils sont également susceptibles d’encourir des poursuites pour avoir illégalement occupé un site du domaine maritime. « Ils semblaient ne pas avoir conscience de s’exposer à un quelconque danger dans cet environnement maritime isolé », ajoute la compagnie de gendarmerie.