Tarn : Le maire de Lavaur veut porter plainte après de nouveaux feux contre le gel

GEL Cette semaine, des feux volontaires similaires avaient provoqué des intoxications chez des habitants et habitantes du secteur

20 Minutes avec AFP

— 

Le maire de Lavaur, Bernard Carayon, lorsqu'il était député, en 2011. (archives)
Le maire de Lavaur, Bernard Carayon, lorsqu'il était député, en 2011. (archives) — FRED DUFOUR / AFP

Le maire de Lavaur (Tarn) va déposer une plainte ce samedi après qu’une coopérative agricole, dont le responsable est déjà visé par une enquête de justice après des intoxications dues à des feux contre le gel, a récidivé dans la nuit. « C’est inacceptable de cynisme. C’est faire un bras d’honneur à la justice, à l’Etat, aux élus et à la population », s’est emporté Bernard Carayon. Une enquête de flagrance pour « mise en danger de la vie d’autrui » est en cours contre le représentant légal d’une coopérative fruitière de Lavaur, qui avait utilisé mardi du gasoil pour brûler 150 tonnes de paille afin de protéger ses vergers du gel. Une vingtaine de riverains et de riveraines avaient été intoxiqués.

Placé en garde à vue, l’homme a ensuite été libéré, mais « les investigations se poursuivent », selon le parquet de Castres. « On pensait que la décision du procureur de la République mettrait un terme à ces pratiques et ils ont recommencé cette nuit. C’est hallucinant, c’est insupportable », a déploré Bernard Carayon. « La gendarmerie procède aux constatations avec la police municipale. Lorsque toutes les preuves auront été réunies, ma plainte sera déposée dans la seconde », a-t-il ajouté.

« Je ne voudrais pas qu’on assimile les agriculteurs aux comportements délictueux qui ont pu être observés. Les agriculteurs de notre pays et de notre région font d’énormes efforts pour acclimater leurs productions aux conditions environnementales de notre temps », a toutefois tenu à préciser l’édile. En déplacement samedi dans l’Hérault, l’Aude et les Pyrénées-Orientales, le Premier ministre Jean Castex a annoncé la création d’un « fonds de solidarité exceptionnel » d’un milliard d’euros pour les agriculteurs touchés par l’épisode de gel intense qui frappe la France depuis près de deux semaines.